RMC

Grève SNCF: ce mouvement va coûter des millions d'euros

La grève des contrôleurs à la SNCF pourrait bien coûter cher à la société. En moyenne, une journée de grève coûte 20 millions d'euros. Sauf que cette fois-ci, le paquet a été mis sur les dédommagements.

À chaque journée de grève, la SNCF fait face aux mêmes problèmes. Il y a, à la fois, le manque à gagner lié aux billets qu’il faut rembourser si les passagers renoncent à voyager et les compensations à verser aux voyageurs et aux régions qui subventionnent les transports locaux.

En revanche, il y a des dépenses d'électricité et de carburants en moins, ainsi que le salaire des grévistes.

Au final, en moyenne, une journée de grève coûte en moyenne 20 millions d’euros à la SNCF. Il est possible que ce soit un peu plus cher cette fois-ci. Pas à cause de la densité du mouvement social, car 2 trains sur 3, c’est une moyenne. En revanche, la société a mis le paquet sur les dédommagements.

Un bon d'achat d'une valeur de 200% du billet

En cas d'annulation d'un train à cause du mouvement de grève, deux options se présentent aux usagers: soit le client demande un remboursement intégral du billet, soit un échange pour un autre train, sans frais. Dans les deux cas, la SNCF offre un bon d'achat d'une valeur de 200% du billet, après le remplissage d'un formulaire en ligne.

Si un usager choisit d'échanger son billet d'une valeur de 100 euros, il peut le faire, même pour un voyage plus cher, sans payer la différence. Il recevra ensuite un bon d'achat d'une valeur de 200 euros, après avoir rempli le formulaire qui sera mis en ligne plus tard.

Dans le cas où le voyageur préférerait un remboursement, ce dernier recevra 100 euros du prix de son billet, puis 200 euros de bons d'achat comme compensation.

Avec un billet TGV en moyenne autour de 50 euros, sachant que 200.000 voyageurs sont aujourd’hui sans solution, cela fait quand même un surcoût 10 millions d’euros.

Emmanuel Lechypre