RMC

"Il faut les inciter à se lancer": en France, seules 30% des entreprises sont dirigées par des femmes

En prélude au sommet du G7 qui se tiendra à Biarritz d'août 2019, les 9 et 10 mai, se tient la réunion des ministres dédiée à l’égalité entre les femmes et les hommes à Bondy et à Paris sous la présidence de Marlène Schiappa.

En France, seules 30% des entreprises françaises sont créées, puis dirigées, par des femmes. Et les femmes représentent 40% des créateurs de microentreprises.

A 23 et 26 ans, Lucie et Ambre sont entrepreneuses dans un milieu encore très masculin. Elles ont lancé leur entreprise d'import de fruits exotiques et vont présenter leur société à Bondy ce jeudi devant les membres du G7 présents. Elles font parties de l'incubateur de start-ups de Bondy.

"Ils sont tellement pas habitués à travailler avec des femmes"

Des ananas, des mangues, du gingembre frais et bio en provenance du Bénin et du Togo, livrés à Paris. Les deux jeunes entrepreneuses détonent à Rungis au milieu des grossistes.

"Ils sont tellement pas habitués à travailler avec des femmes que tout le temps sur les mails on me répond: 'Bonjour Monsieur'. On est bien musclées toutes les deux donc on arrive à se débrouiller sans l’aide de personne".

"Inciter les femmes à défendre les valeurs qu’elles ont envie de défendre"

Quand elles ont lancé leur société d’import de fruits exotiques éthiques, il y a un an, elles n'ont pas douté grâce au soutien de leurs familles et l'accompagnement d'un incubateur de start-up. Des experts comptables ou des juristes par exemple, qui les guident au quotidien.

"On ne se pose vraiment pas la question de notre genre que ce soit pour les livraisons, pour le démarchage clients, pour les partenariats avec les fournisseurs. On se sent entrepreneur avant tout".

Mais Lucie et Ambre sont conscientes qu'il reste encore beaucoup à faire: "Il faut leur donner envie, les inciter à se lancer et pas se cacher derrière leurs peurs. Il faut inciter les femmes à défendre les valeurs qu’elles ont envie de défendre".

Prochaine étape soutenir et développer le travail des femmes en Afrique lors de la production de ces fruits exotiques.

Caroline Philippe (avec Caroline Petit)