RMC

On ne peut pas régler la question des déficits publics sur le dos des fonctionnaires

-

- - AFP

Confronté à une ardoise plus importante que prévu à l'issue du quinquennat de François Hollande, le gouvernement d'Edouard Philippe est dans l'obligation de trouver 8 milliards d'euros pour boucler son budget. Premières victimes: les fonctionnaires, à qui le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé un gel de leur point d'indice.

C'est un trou d'environ 8 milliards d'euros qu'il va bien falloir combler. Après la publication ce jeudi d'un audit de la Cour des comptes alarmiste sur l'état des finances publiques héritées de François Hollande, le nouveau gouvernement d'Edouard Philippe va devoir faire des économies et prendre des mesures impopulaires. Il a déjà prévenu qu'il n'augmenterait pas les impôts. Il va donc falloir trouver l'argent ailleurs. Du côté des fonctionnaires? Dans la foulée, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, invité ce vendredi de RMC et BFMTV à 8h35, a annoncé qu'il n'y aurait "pas d'augmentation du point d'indice" pour les fonctionnaires (le point d'indice sert de référence à la rémunération des agents publics).

"Ce n'est pas un très bon signal pour la confiance"

Une annonce forcément mal perçue par les intéressés, sur la forme comme sur le fond, comme l'explique sur RMC Mylène Jacquot, secrétaire générale de la CFDT fonction publique. "Sur la forme, nous trouvons que ce n'est pas une très bonne manière faite au dialogue social et au respect des partenaires sociaux que de faire de telles annonces au journal télévisé de 20h. On est en phase d'instauration d'un dialogue social, et cela nécessite de la confiance pour se construire. Là, ce n'est pas un très bon signal. Au-delà de ça, on ne peut pas régler la question des déficits publics sur le dos des fonctionnaires, en ne les considérant que comme une variable d'ajustements".

"Jour de carence, baisse des effectifs… on peut s'interroger sur les annonces à venir"

Surtout, pour Bruno Collignon, président de la Fédération autonome de la fonction publique (FA-FP), cette première annonce ne présage rien de bon pour l'avenir des fonctionnaires. "C'est brutal, y compris et surtout parce que cela n'a fait l'objet d'aucune discussion antérieure. Et derrière cette annonce éminemment symbolique, on peut s'interroger sur les annonces à venir".

"On a beaucoup parlé d'autres dispositions: diminution des effectifs, réintroduction d'un voire plusieurs jours de carence... Tous ces éléments nous rendent forcément évidemment très attentifs sur les orientations qui seront celles du gouvernement dans les prochains mois."

L'augmentation de 1,2% du point d'indice des 5,64 millions de fonctionnaires, lors de la dernière année de mandat de François Hollande, avait représenté une dépense de 2,4 milliard d'euros.

P. Gril avec Benoît Ballet