RMC

Retraites: le dernier combat de Philippe Martinez

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, va passer la main en mars prochain. Mais avant, il va mener un dernier combat, contre la réforme des retraites.

Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT sera en première ligne jeudi pour les manifestations contre la réforme des retraites. Né en avril 1961, il fait partie des touts derniers qui ne sont pas touchés par le texte proposé par Elisabeth Borne: il va pouvoir partir à 62 ans, c'est-à-dire dans quelques semaines. Comme prévu. Il a en effet annoncé l’an dernier qu’il comptait passer la main au congrès de la CGT en mars prochain. Pour lui succéder il va soutenir une femme: Marie Buisson, secrétaire générale de la branche éducation et culture du syndicat.

Mais avant de partir, il y a bien sûr ce dernier combat, annoncé depuis des mois contre le recul de l'âge de départ à la retraite. Cette semaine on a vu les huit dirigeants des huit principaux syndicats ensemble à la bourse du travail pour appeler à la grève et à la manifestation ce jeudi. Il fallait remonter très loin pour trouver une telle unité syndicale, et les grèves de 2010 contre… la réforme des retraites. Dans ce nouveau combat, la CGT a bien l’intention d'être en pointe.

A la CGT depuis 1984, à sa direction depuis 2015

Au sein de son syndicat, Philippe Martinez aura fait une longue carrière: il a adhéré dès son entrée comme technicien chez Renault en 1984. Il a ensuite gravi les échelons: patron de la branche de la métallurgie, puis secrétaire général depuis 2015. Il est alors élu dans des circonstances particulières: son prédécesseur, Thierry Lepaon avait dû démissionner, pris dans un scandale sur la rénovation de son bureau et de son appartement. En pleine crise, Philippe Martinez avait finalement emporté la bataille interne grâce au soutien inattendu de la fédération de la santé, dirigée par sa compagne, ce qui avait fait grincer quelques dents.

>>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités

Philippe Martinez, comme tous les patrons de la CGT, vient du Parti communiste français mais est le premier dirigeant de ce syndicat qui n’en est pas membre, puisqu’il a rendu sa carte au début des années 2000. La politique a toujours fait partie de sa vie. Élevé en région parisienne, il vient d’une famille de militants antifranquiste espagnole. Son père est né en France, mais il a combattu dans les brigades internationales en Espagne. Sa mère est née en Espagne. Plusieurs membres de la famille ont connu la prison sous Franco. Cela forge un caractère et des convictions. Philippe Martinez a été bercé par le slogan "No pasaran": "ils ne passeront pas". C'est ce qu'il dit aujourd'hui au gouvernement sur la réforme des retraites.

Nicolas Poincaré