RMC

Un domaine sur trois en difficulté, augmentation des prix: le vignoble français en crise

Le monde du vin vit une crise sans précédent. Alors que c'est le week-end des salons viticoles à Paris, un domaine viticole français sur trois, bien portant il y a trois ans, est en difficulté à cause d'une conjonction de facteurs entre crise climatique, Covid et inflation.

Le dernier week-end de novembre est au monde du vin ce que la "fashion week" est au monde de la mode. Deux salons majeurs réunissent plus de 1.200 vignerons, samedi et dimanche, à Paris. Sauf que ce qui remonte des vignobles, c’est que la viticulture française traverse une crise comme elle n’en a jamais connue, sauf peut-être la crise du phylloxera au XIXe siècle.

Selon les estimations des Vignerons indépendants, qui représentent 55% de la production française, un domaine sur trois est aujourd’hui en difficulté, alors qu’il se portait bien il y a deux ans encore. Un chiffre d'autant plus inquiétant que la viticulture française est un secteur qui réalise 14 milliards d’euros d’excédent commercial. C'est le deuxième secteur de France sur ce critère. Seule l’aéronautique, qui emploie plus de 600.000 personnes, fait mieux.

Une accumulation de problèmes

Cette situation s'explique par une accumulation sans précédent de problèmes à surmonter pour les vignerons, des aléas climatiques de plus en plus fréquents (gel, sécheresse, grêle) à l'augmentation des prix du verre, du carton, de la capsule, du papier pour les étiquettes, quand il est possible de s’approvisionner. Les surcoûts vont de 30% à plus de 100%.

La flambée des coûts de l’énergie, le remboursement des prêts garantis par l'État et les investissements à réaliser pour s’adapter au changement climatique sont aussi en cause. Avec les effets du bouleversement du climat, 50% du vignoble français pourrait en effet disparaitre.

>>> Toute l'actualité économique est à retrouver en podcasts sur le site et l'appli RMC

Une augmentation pour le consommateur

Pour le consommateur, qu’est-ce qui va changer? Le surcoût devrait avoisiner 1,50 euros par bouteille. Ce qui n’est pas négligeable puisque le prix moyen d’une bouteille achetée en France se situe autour de 4 euros. Chez un vigneron, on est plutôt autour de 10 euros la bouteille. En moyenne, les prix risquent d'augmenter.

Emmanuel Lechypre avec MM