RMC

Choc et hommage à Lyon après le suicide de Mohammad, qui voulait alerter sur les répressions en Iran

Après le suicide de Mohammad, 38 ans, qui voulait alerter sur la situation en Iran, la communauté iranienne s'est réunie à Lyon pour lui rendre hommage, mardi soir. De nombreuses fleurs et bougies ont été déposées et des discours pour défendre la liberté en Iran ont été prononcés.

Les passants ont tenté de l'arrêter, mais rien n'a empêché Mohammad Moradi, Iranien de 38 ans, de sauter dans le Rhône lundi soir: il a expliqué, dans une vidéo qu'il a posté sur les réseaux sociaux, qu'il voulait alerter sur les violentes répressions en cours contre les manifestations en Iran. Son corps a ensuite été retrouvé, sans vie.

"La police attaque des gens, on a perdu beaucoup de filles et de fils très jeunes, des adolescents et des enfants, donc on doit faire quelque chose", avait-il affirmé dans cette vidéo dans laquelle il apparaît paisible et calme.

Il avait ajouté: "Quand vous regarderez cette vidéo, je serai mort, mais je suis content, je choisis cette voie sans aucun stress, je ne suis pas triste, j'ai décidé de faire ça pour montrer à tout le monde que nous les Iraniens, nous avons besoin d'aide."

"Il a donné ce qu'il avait du plus cher au monde"

Mardi soir, un hommage s'est déroulé au pont Gallieni, là où Mohammad a décidé de mettre fin à ses jours. De nombreuses fleurs et bougies ont été déposées et des discours pour défendre la liberté en Iran ont été prononcés par plusieurs membres de la diaspora iranienne.

"Je l'admire pour ce qu'il a fait, il a donné ce qu'il avait de plus cher au monde, pour que la cause des Iraniens soit défendue et que la voix des Iraniens soit entendue. Je peux comprendre son geste", a expliqué Shayan, qui a participé à plusieurs manifestations avec Mohammad.

Pour beaucoup, ce geste est perçu comme un sacrifice. "Comme lui, nous sommes très très en souffrance. À l'intérieur de nous, nous sommes tous des prisonniers de ce régime. C'est vraiment un acte très fort, au-delà d'héroïque", affirme, de son côté, Timothée Amini, un ami de Mohammed et aussi le porte-parole de la communauté iranienne de Lyon.

Une révolution pas assez médiatisée?

Selon lui, cet acte porte aussi la voix de la révolution en Iran, pas assez médiatisée en Occident.

Le parquet a précisé mardi soir que compte tenu des messages postés sur les réseaux sociaux, une enquête "en recherche des causes de la mort, afin de vérifier l'hypothèse d'un suicide" a été ouverte.

Depuis deux mois, le pays connaît une vague de contestation sans précédent depuis la Révolution islamique de 1979. Elle est née de revendications sur les droits des femmes à la suite de la mort de Mahsa Amini, après avoir été arrêtée pour avoir mal porté le voile islamique. La répression des manifestations de la part du régime est extrêmement forte, plusieurs personnes ont déjà été battues, emprisonnées et même condamnées à mort. Pour autant, les Iraniens continuent de manifester très régulièrement et réclament la chute du régime.

AB avec Matthieu Limongi