RMC

Coupe du monde: à Melilla, enclave espagnole au Maroc, les familles divisées avant Maroc-Espagne

La famille de Najib est d'origine marocaine, mais vit en Espagne, à Melilla, une petite enclave espagnole sur le territoire marocain. Alors avant le 8e de finale de la Coupe du Monde entre les deux pays ce mardi, la famille est quelque peu divisée. Si le père supportera bien le Maroc, le reste de sa famille a le cœur espagnol.

Maroc - Espagne, c’est l’affiche du jour de la Coupe du monde, à 16h. Tout semble possible, alors que les Marocains n’ont jamais accédé aux quarts de finale d’un mondial. En effet, c’est le Maroc qui se présente en posture de premier de groupe, tandis que l’Espagne a fini deuxième, après sa défaite contre le Japon en poules.

A Melilla, enclave espagnole au Maroc, tout petit territoire de 12 km2, la moitié des habitants sont d’origine marocaine. Alors forcément, dans les familles, les avis sont partagés et le cœur balance. Depuis plus de 40 ans, Najib vit à Melilla, mais jamais il n’a voulu prendre la nationalité espagnole. Alors ce mardi après-midi, son cœur battra pour les lions de l’Atlas.

“Je suis avec le Maroc parce que c’est à l’intérieur de moi”, affirme-t-il.

Mais dans cette famille de commerçants, le père est seul contre tous. Sa femme et ses cinq enfants sont pour l’Espagne. Une évidence pour Ossama, l’un de ses fils. “C’est là où je vis, c’est là où je côtoie les gens. Je préfère l’Espagne, c’est ma nationalité”, indique-t-il.

Le match regardé... au Maroc

Dans le petit kiosque qu’ils tiennent en famille face à la mer, tous les clients ont le droit à un pronostic du patron. “Le Maroc va gagner 3 à 1. Allez, le Maroc!”, appuie Najib.

Un pronostic loin d’être partagé par son fils. Et pourtant, mardi, c’est ensemble qu’ils passeront à pied la frontière, à seulement trois kilomètres pour aller suivre le match au Maroc.

“Il y a une meilleure ambiance là-bas, plus de monde. J’irais avec mon drapeau de l’Espagne au milieu de tous ces Marocains. Au pire, ils me tuent, mais moi, je soutiendrai l’Espagne plutôt que mon pays d’origine”, confie Ossama.

Dernière question du fils à son père. “Est-ce que si l’Espagne élimine le Maroc, tu soutiendras l’Espagne?” La réponse est oui. La certitude donc avant le match, c’est qu’au prochain tour, père et fils porteront le même maillot.

A Melilla, Mahauld Becker-Granier (avec Guillaume Descours)