RMC

Guerre en Ukraine: un responsable de l’occupation russe à Kherson est mort dans un accident

Kherson (Ukraine)

Kherson (Ukraine) - AFP

En plein retrait des forces russes, l’un des responsables de l’occupation russe à Kherson, dans le Sud de l’Ukraine, a trouvé la mort dans un accident de la route.

L’un des responsables de l'occupation russe à Kherson est mort ce mercredi, dans un accident. Il s’appelait Kirill Stremoussov, il avait 45 ans, c'était un Ukrainien nommé par les Russes pour diriger la région occupée de Kherson. C’est officiellement dans un accident de la route qu’il a perdu la vie. Peut-être un accident provoqué, tant il est vrai qu’il était détesté par les Ukrainiens, qui le considéraient comme le pire des collabos.

Sa mort est en tout cas hautement symbolique puisqu’elle est intervenue le jour où les Russes ont annoncé le retrait de leurs troupes de la ville de Kherson. Un moment très important dans cette guerre, car Kherson a été la seule préfecture ukrainienne conquise puis occupée par les Russe.

La région a ensuite été une des quatre annexées par Vladimir Poutine après des référendums express et bidons. La ville et la région devaient donc être russes désormais et pour toujours, sauf que quelques semaines après seulement, face à l'avancée des troupes ukrainiennes, les Russes ont d’abord évacué la population de la ville et aujourd’hui, ils disent être sur le point d'évacuer aussi leur armée.

>> Suivez RMC sur Google pour retrouver toutes les dernières actualités

Un profil particulier

Ce responsable de l’occupation russe avait un profil particulier. C’était un ancien voyou, ancien bagarreur obèse qui s'était reconverti en influenceur et coach en diététique, après avoir lui-même beaucoup maigri.

Sur son blog, il donnait des conseils de nutrition mais il développait surtout ses valeurs nationalistes, chrétiennes orthodoxes, et virilistes. Il défendait les hommes, les vrais, comme par exemple… Vladimir Poutine.

Après l’annexion de la Crimée en 2014, il s'était lancé en politique, passant d’un parti à l’autre mais défendant toujours une ligne pro-russe. Ce qui lui avait finalement valu d’être promu parmi les dirigeants de la région de Kherson. Il est mort au moment où ses amis russes abandonnent la ville. Ce qui est pour eux un revers majeur.

Nicolas Poincaré