RMC

"Je suis abasourdi du silence de l'Europe et de la France": le plaidoyer du maire de Saint-Etienne pour l'accueil des réfugiés afghans

Gaël Perdriau, vice-président des Républicains, maire de Saint-Etienne.

Plus de 300 Afghans évacués de Kaboul sont arrivés mercredi matin à Paris dans deux vols militaires en provenance d'Abou Dhabi, a annoncé le porte-parole de l'état-major des Armées. Un Airbus A330 s'est posé vers 03H00 à Roissy avec "plus de 240 personnes à bord, pour l'essentiel des Afghans, ainsi que 22 Français et un Britannique", a indiqué le colonel Pascal Ianni à l'AFP. Un A400M a ensuite atterri à 08H40 avec "une centaine de personnes, là aussi une écrasante majorité d'Afghans, et cinq Français", a-t-il précisé.

Deux autres vols sont prévus mercredi soir et jeudi matin très tôt, a également relevé le colonel Ianni. Il s'agit des 10è et 11è vols de ce type depuis la mise en place du pont aérien français entre Kaboul et Paris, via la base d'Al-Dhafra aux Émirats arabes unis.

Depuis plusieurs jours, la question se pose autour de l'accueil de ses réfugiés en France. Ainsi, Strasbourg accueillera jeudi et pour plusieurs semaines 150 réfugiés afghans qui ont fui leur pays depuis la prise du pouvoir par les talibans. Ils disposeront, dans un premier temps, d'un visa de deux semaines avant d'enclencher, s'ils le souhaitent, des démarches de demande d'asile. 

>> A LIRE AUSSI - Faut-il accueillir les réfugiés afghans à tout prix? Le débat entre Sophie Mazet et Manuel Valls

"Le devoir de la France, pays des Droits de l'Homme, est d'accueillir"

"Je me réjouis que face à une situation dramatique, nous puissions faire preuve de solidarité", a déclaré la maire écologiste de Strasbourg, Jeanne Barseghian, qui avait annoncé quelques jours plus tôt que la ville était prête à accueillir des réfugiés fuyant l'Afghanistan.

Un geste que partage et qu'encourage également le maire LR de Saint-Etienne. Invité de RMC, Gaël Perdriau s'est dit "abasourdi du silence de l'Europe et de la voix de la France. La France n'existe plus". 

"La question est de savoir si la France peut accueillir tous ceux qui risquent d'être persécutés. Certains disent que les talibans ont changé, c'est naïf. Comme St-Étienne l'a fait en 1936, 2015, de façon raisonnée et raisonnable, il n'agit pas d'accueillir n'importe comment. (...) Le devoir de la France, pays des Droits de l'Homme, est d'accueillir. Je suis abasourdi du silence de l'Europe et de la voix de la France. La France n'existe plus. Le débat devrait porte sur l'irresponsabilités du gouvernement vis-à-vis des déboutés du droit d'asile. Cela concerne des milliers de personnes en France, que l'on devrait renvoyer dans leurs pays" a ainsi précisé Gaël Perdriau, également vice-président des Républicains.

Le 19 août, Lille avait accueilli de premières familles afghanes, 22 personnes suivies de 36 autres. 

Ce mercredi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal s'est voulu rassurant: la France met en place un "triple filet de sécurité" pour s'assurer que les Afghans évacués ne présentent pas de risques sécuritaires, avec des vérifications "à Kaboul, à Abou Dhabi et à leur arrivée en France". 

La France a exfiltré plus de 2.000 personnes depuis la chute de Kaboul aux mains des talibans le 15 août, ressortissants français, d'autres nationalités et Afghans menacés. Elle évacue pour l'essentiel des Afghans menacés par les talibans en raison de leur engagement dans la société civile, notamment pour les droits des femmes.

>> A LIRE AUSSI - "J'ai perdu mon travail, je n'ai pas d'argent, je ne peux pas sortir": l'appel à l'aide d'une journaliste afghane coincée à Kaboul

À la différence d'autres pays de l'Otan, elle n'a plus de présence militaire en Afghanistan depuis 2014 et a donc déjà ramené les auxiliaires qui travaillaient pour ses armées (soit 800 personnes et leurs ayants droit entre 2014 et 2019). Anticipant le départ des États-Unis du pays, elle a aussi déjà évacué 623 personnes, y compris leurs familles, qui travaillaient pour l'ambassade et d'autres institutions françaises, entre mai et juillet 2021.

Des milliers d'Afghans sont massés depuis des jours devant l'aéroport de Kaboul, sécurisé par plus de 6.000 soldats américains, dans une atmosphère tendue. Certains y campent avec leur famille entière. Tous espèrent arriver à entrer et à prendre au plus vite un avion pour l'Occident. Malgré une situation particulièrement chaotique, 82.300 personnes ont été évacuées sur des vols américains ou occidentaux, depuis la mise en place du pont aérien le 14 août, à la veille de l'entrée des talibans dans Kaboul, a indiqué mercredi la Maison Blanche. Les opérations se sont encore intensifiées ces dernières heures: près de 19.000 personnes, au total, ont été exfiltrées en 24 heures entre mardi et mercredi.

XA avec AFP