RMC

Ocean Viking: pourquoi la France et l’Italie sont en plein bras de fer sur l’accueil des migrants

Dans "Apolline Matin" ce jeudi sur RMC et RMC Story, Nicolas Poincaré détaille la situation de l’Ocean Viking, le bateau humanitaire avec 234 migrants à bord. La France et l’Italie s’opposent sur l’accueil de ces migrants.

Le navire humanitaire Ocean Viking est en route vers la France. Il a demandé à pouvoir débarquer 234 migrants dans un port français, faute d’avoir été accepté en Italie. Et l’affaire fait l’objet d’un bras de fer entre Rome et Paris.

Pour comprendre, il faut remonter au départ de cette odyssée. Le bateau de l’association SOS Méditerranée a recueilli des migrants en mer entre le 22 et le 26 octobre. Trois opérations de sauvetage au large de la Libye, puis trois autres au large de Malte.

Comme le droit maritime le prévoit, le capitaine du navire a contacté le port le plus proche, qui se trouve être en Lybie. Mais comme ils le font systématiquement, les Libyens n’ont pas répondu. Et quand bien même auraient-ils accepté, on n’imagine pas des humanitaires ramener en Libye des gens qui fuient ce pays après y avoir souvent subi le pire.

Faute de réponse libyenne, le navire contacte Malte, pays membre de l’Union européenne. Mais les autorités maltaises se sont abstenues de répondre, comme elles le font de plus en plus souvent… Faute de réponse maltaise, le capitaine a alors contacté l’Italie, qui n’a pas non plus donné d’autorisation. La demande a été répétée le lendemain puis les jours suivants. Sans succès.

Il y a plus d’une semaine, le bateau a élargi sa demande d’assistance à la Grèce, à l'Espagne et à la France. Mais aucun de ces trois pays n’a donné de réponse. Cela fait donc maintenant 18 jours que ce bateau est en mer avec plus de 200 migrants, et on en est donc à six pays, dont l’Italie et la France, qui ont choisi de faire la sourde oreille aux demandes d'accueil…

L’Italie a finalement annoncé ce mercredi que la France acceptait d’ouvrir un port. Et la présidente du Conseil, Giorgia Meloni, a remercié Paris. Le communiqué italien indique: "Nous apprécions vivement la décision de la France". Sauf qu’en réalité, la France n’a rien décidé du tout, ou en tout cas rien annoncé.

Le gouvernement français est donc furieux d'être mis devant le fait accompli. Parce qu’effectivement, le bateau a pris la direction des eaux territoriales françaises. Il passe actuellement au large de la Corse, où le président du conseil exécutif Gilles Simeoni s’est dit prêt à l’accueillir temporairement. L’Ocean Viking pourrait aussi choisir de prendre la direction de Marseille où le maire Benoît Payan est également prêt à recevoir le navire et ses migrants.

Dans ces conditions, il va être très difficile pour le gouvernement français de ne pas accepter la demande d'accueil et d'assistance de SOS Méditerranée. Et le gouvernement a engagé ce jeudi l'évacuation sanitaire de quatre migrants qui sont à bord.

>> Suivez RMC sur Google pour retrouver toutes les dernières actualités

L'Italie demande plus de solidarité européenne

La France estime que l’attitude de l’Italie est inacceptable. Et de fait, les lois maritimes et les règles européennes disent que Malte d’abord et l’Italie ensuite avaient l’obligation d'accueillir ce bateau.

Sauf que les italiens font remarquer qu’au même moment, c'est-à-dire depuis le début de la semaine, trois autres bateaux humanitaires ont débarqué des migrants en Sicile. Dont un bateau de Médecins sans frontières avec près de 600 réfugiés à bord, qui ont été accueillis à Catane. Les Italiens ont également accepté de prendre les femmes et les enfants qui se trouvaient à bord d’un autre bateau, mais pas les hommes qui ont été renvoyés en mer, ce qui est illégal.

Mais globalement, les chiffres donnent raison aux Italiens lorsqu’ils disent qu’ils supportent seuls l’essentiel du fardeau. Cette année, 85.000 migrants sont arrivés par la mer en Italie. Environ 10.000 ont été recueillis par des bateaux humanitaires de toutes nationalités, mais la plupart des autres ont été sauvés en mer par l'armée italienne. Ils ont été ramenés en Italie, accueillis, logés et nourris en Italie.

L’Europe aide financièrement l’Italie pour cet accueil mais le nouveau gouvernement de Giorgia Meloni estime que cela ne suffit plus. L'Italie demande plus de solidarité européenne. Au printemps dernier, la France et l'Allemagne avaient accepté d'accueillir 3.000 migrants chacun en provenance d'Italie. A ce jour, selon Le Monde, l’Allemagne en a accueilli 74 et la France 38…

La vérité, c’est que tout le monde est d’accord pour dire qu’il faut sauver ces migrants qui risquent leur vie pour traverser la Méditerranée. Mais une fois qu’ils sont sauvés, plus personne n’est d’accord pour les accueillir. Et au bal des hypocrites, la France n’est pas la dernière…

Nicolas Poincaré