RMC

Pizzas Buitoni: des produits concernés par les rappels distribués dans 23 pays

Le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Buitoni, a rappelé massivement depuis mi-mars des pizzas fabriquées dans l'usine de Caudry (Nord). Les autorités sanitaires ont établi que ces pizzas étaient à l'origine de plusieurs cas de contaminations graves à la bactérie E.coli.

Vingt-trois pays, dont 15 en Afrique, ont reçu des pizzas surgelées Fraich'Up de la marque Buitoni, considérées par les autorités sanitaires françaises comme à l'origine de plusieurs cas graves de contamination d'enfants par la bactérie E.coli en France.

En plus de la France, de la Belgique et du Luxembourg, où elles ont fait l'objet d'un rappel, ces pizzas de la gamme Fraich'Up ont été aussi distribuées en Suisse, Andorre, Saint-Martin, Slovénie, Qatar, mais aussi au Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d'Ivoire, République du Congo, République démocratique du Congo, Djibouti, Gabon, Guinée, Madagascar, Mali, île Maurice, Maroc, Niger, Sénégal, selon une notification du mécanisme d'alerte international sur les risques alimentaires, confirmée jeudi par un porte-parole de la Commission européenne.

Les pizzas de la gamme Fraich'Up sont toutes fabriquées à l'usine de Buitoni à Caudry, où la production a été interdite par la préfecture à la suite de deux inspections d'hygiène. "Buitoni ne vend pas de pizzas Fraich'up en direct à l'étranger", a déclaré un porte-parole de la marque.

"Les Pizzas Fraich'up sont distribuées et commercialisées à des distributeurs/revendeurs en France, lesquels peuvent exporter et revendre de leur propre initiative dans des magasins implantés à l'étranger", a poursuivi le représentant de Buitoni.

Commercialisées dans au moins 15 pays africains

Nestlé, propriétaire de Buitoni, avait lancé un rappel massif des produits concernés le 18 mars. Depuis, des analyses ont confirmé "un lien entre plusieurs cas et la consommation de pizzas surgelées de la gamme Fraîch'Up de la marque Buitoni contaminées par des bactéries Escherichia coli", selon un communiqué publié fin mars par la Direction générale de la Santé, qui dépend du gouvernement français. Les autorités sanitaires ont donné l'alerte après que des dizaines d'enfants français sont tombés malades. Deux sont décédés, même si le lien avec les pizzas n'a pas été confirmé dans leurs deux cas.

Vendredi, une enquête pour "homicides involontaires", "tromperie" et "mise en danger d'autrui" a été ouverte par le parquet de Paris. L'ONG Foodwatch a été la première à affirmer dans un communiqué mardi que les pizzas Fraîch'Up fabriquées en France avaient été "commercialisées dans 15 pays africains au moins".

"Le nombre des inspections sur la sécurité sanitaire des aliments a diminué de 33% entre 2012 et 2019 du côté de la Direction générale de l'alimentation", affirmait aussi l'association, qui dénonce un manque de moyens des autorités de contrôles sanitaires en France.

La rédaction avec AFP