RMC

Pourquoi l'Ukraine s'adresse directement aux mères de soldats russes

Le ministre de la Défense ukrainien s'est adressé directement aux mères des soldats russes pour leur proposer de venir chercher elles-mêmes leurs fils en Ukraine. Une stratégie qui s'inscrit dans la guerre de communication entamée par le gouvernement ukrainien.

Face à la guerre menée par Vladimir Poutine, l’Ukraine s’est adressée directement aux mères de soldats russes. Le ministre de la Défense a lancé un appel aux mères des soldats russes capturés en Ukraine pour les inviter à venir les chercher.

L’Ukraine promet de donner toutes les informations nécessaires sur les soldats qu’elle fait prisonnier. Elle a mis en place des numéros de téléphone et une adresse mail destinées à ces familles russes qui n’ont plus de nouvelles de leur enfant. Et s’il apparaît que cet enfant, ce soldat, a effectivement été fait prisonnier, la famille pourra venir le récupérer à Kyiv en passant par la Pologne. 

C’est en tout cas l’engagement pris par l’Ukraine, qui évidemment cherche à se distinguer des méthodes russes. “À la différence des fascistes de Poutine, nous, les Ukrainiens, nous ne faisons pas la guerre contre les mères et leurs enfants capturés”, voilà ce que dit dans son communiqué le ministère de la Défense.

Le ministère de l’Intérieur avait lui déjà mis en place un site Internet dédié aux familles russes avec des vidéos de soldats arrêtés, mais aussi des photos de passeports qui appartiendraient à des soldats tués depuis le début de l’invasion. Une volonté d’afficher les pertes de l’armée russe, alors que cette armée communique très peu sur le sujet.

Et ce n’est pas un hasard si l’Ukraine a choisi de s’adresser aux mères de soldats russes. Ces mères ont un statut très particulier dans la société civile russe, depuis plus de trente ans, depuis la création de l’Union des comités de mères de soldats de Russie. C’est une ONG qui est encore aujourd’hui l’une des plus actives dans le pays. Elle a été créée en 1989, au moment de la guerre en Afghanistan. Mais c’est surtout lors de la guerre en Tchétchénie, dans les années 90, qu’elle a commencé à peser face au pouvoir, alors que déjà à l’époque, ce sont beaucoup de jeunes conscrits qui avaient été envoyés au combat. Des mères s’étaient alors organisées pour aller chercher elles-mêmes leurs enfants sur le front, des images qui avaient été largement diffusées. Et ce mouvement était alors devenu un mouvement d’opposition, non seulement à l’envoi des conscrits, mais aussi tout simplement d’opposition à la guerre. Et depuis, ces mères de soldats ne cessent de se battre pour le respect des droits de l’homme au sein de l’armée russe.

>> A LIRE AUSSI - "L'Ukraine est l'Afghanistan de l'Europe", estime Alain Bauer

Une guerre de communication

Ce n’est pas la première fois que les Ukrainiens communiquent ainsi sur le sort des soldats russes. Des soldats dont on dit aujourd’hui qu’ils manquent de nourriture, qu’ils n’étaient pas assez bien entraînés, qu’ils ne savaient pas qu’ils allaient devoir se battre. Tout ça, c’est le Pentagone, qui l'affirme. Et ce désarroi des soldats, l’Ukraine l'a déjà été affiché aux yeux du monde.

Mercredi, c’est une vidéo qui est devenue virale sur les réseaux sociaux, où l’on voit un très jeune soldat capturé, mais réconforté par des Ukrainiens qui lui offrent du thé et lui proposent d’appeler sa mère pour lui donner des nouvelles. On se souvient aussi de cette scène lors d’une assemblée de l’ONU, lundi, à la tribune, l’ambassadeur permanent de l’Ukraine avait lu ce qu’il présentait comme un message envoyé par un soldat russe à sa mère, son dernier message avant de mourir: “Maman, je suis en Ukraine. Il y a une vraie guerre ici. J’ai peur. On nous avait dit qu’ils nous accueilleraient et ils se jettent sous les roues de nos véhicules. Ils nous traitent de fascistes. Maman, c’est si difficile”.

C'est clairement une guerre de communication qui est menée par les Ukrainiens. Cette guerre-là avait commencé avant même l’offensive russe. Quelques heures avant cette offensive, dans la nuit, le président ukrainien, Volodymir Zelensky, avait prononcé un discours en russe, dans lequel il s’adressait clairement à la population russe. “Écoutez-vous vous-mêmes, écoutez la voix de la raison. Le peuple ukrainien veut la paix”, disait-il.

Et depuis, il continue de s’adresser au monde sur les réseaux sociaux, sur Twitter, sur Instagram, c’est là qu’il forge son image de résistant, en s’adressant les yeux dans les yeux aux millions de personnes qui le suivent désormais. Une façon de jouer sur un contraste saisissant face à Vladimir Poutine. Le président russe qui lui apparaît froid, brutal et surtout isolé, même quand il reçoit ses plus proches collaborateurs, qui restent très loin de lui à sa table. Un homme qui semble coupé du monde et que les Ukrainiens voudraient sans doute couper de sa population par la force des images et des mots.

Rémi Bostsarron