RMC

Russie: les médias assurent qu'un missile Sarmat peut toucher Paris en 200 secondes: crédible?

Une chaîne publique russe a annoncé la semaine dernière dans une émission de télévision que les nouveaux missiles de l'armée russe pourraient atteindre leurs cibles à des vitesses jamais vues.

Une émission de la télévision russe a expliqué à ses téléspectateurs que Paris, Londres et Berlin pourraient être rasés de la carte en quelques minutes. Information accompagnée d'une infographie glaçante. C’était jeudi dernier, sur la chaîne Russiya 1, une chaîne publique.

L'émission en prime time s’appelle 60 minutes, un magazine d’information très populaire. Autour de la table, la présentatrice, des experts, et des journalistes. Et donc une image inquiétante pour illustrer les propos d’un des intervenants, par ailleurs très excité. Une carte de l’Europe pour montrer le temps qu’il faudrait à un missile Sarmat pour atteindre les grandes capitales européennes s’il était tiré depuis Kaliningrad : 106 secondes soit un peu moins de deux minutes pour atteindre Berlin. 200 secondes soit un peu plus de 3 minutes pour toucher Paris et Londres.

Est-ce qu’un missile russe pourrait vraiment atteindre Paris en 3 minutes?

Non c’est faux. D’abord le missile dont on parle, le Sarmat, surnommé "Satan 2", n’est pas encore opérationnel. Un premier tir d’essai a été réalisé le 20 avril dernier mais il ne sera pas fourni à l'armée russe avant la fin de cette année.

Ensuite aucun de ces missiles ne se trouvent à Kaliningrad qui est une enclave russe, coincée entre la Pologne et la Lituanie. C’est un petit morceau de Russie détaché du reste du pays qui est effectivement très proche de nous. A 500 km de Berlin, à 1.400 Km de Paris.

Pour atteindre Paris en 200 secondes, il faudrait que ce missile vole à 25.000 km/h, ce qui est impossible. Le plus rapide des missiles de croisière actuelle vol à 5 ou 6.000 km/h. Le soi-disant expert militaire de la télévision russe exagère donc franchement. Il faudrait en réalité, non pas trois minutes mais plutôt 20 minutes pour qu’un missile atteigne Paris, ce qui n’est pas très rassurant non-plus.

Toujours dans la même émission, les intervenants ont affirmé que ce missile pourrait rayer l’Angleterre de la carte

C’est toujours le même expert excité qui l’a dit :”Un Sarmat et le Royaume-Uni n’existe plus”. Et ça c'est vrai. Doté de 10 têtes nucléaires, le Sarmat a été présenté par les russes comme un engin capable de détruire des territoires comme le Texas ou la France. C'était les deux exemples cités. Et donc le Royaume-uni aussi.

Ce missile est surtout un engin de très longue portée. Il peut atteindre a peu n’importe quel point du globe. C’est Vladimir Poutine qui l’a fièrement affirmé: il peut passer aussi bien au-dessus du pôle nord que du pôle sud.

Et il peut donc toucher les grandes villes américaines sur la côte ouest comme sur la côte Est. Vladimir Poutine a récemment estimé que c’était un instrument comme aucun autre pays n’en a. Selon lui, de quoi faire réfléchir à deux fois ceux qui voudraient se mêler de la guerre en Ukraine.

Est-ce que c’est vrai que les Russes possèdent les missiles les plus modernes du monde?

Oui c’est vrai, ils ont des armes nucléaires terrifiantes. Ils auront bientôt ce missile Sarmat de très longue portée. Ils ont déjà les missiles Kinjal, qui se déplace à 6.000 kilomètres heures et qu’ils ont utilisés en mars en Ukraine. Avec une charge classique.

Ils ont aussi présenté le missile Avangard. C’est une sorte de planeur, lancé par une fusée à très très hautes altitude et qui fonce vers la terre a une vitesse hallucinante et en suivant une trajectoire totalement aléatoire. Ajoutez encore le Poséidon qui est un drone sous-marin capable de déclencher un Tsunami et de raser une ville côtière.

Et pourtant, l’armée russe s’embourbe en Ukraine

C’est le paradoxe. La Russie est la première puissance nucléaire du monde devant les États-unis, avec ces armes ultra-modernes. Mais l'armée russe est aussi en train de montrer ses faiblesses. Une stratégie défaillante, des chars vétustes, des pertes humaines monstrueuses.

Et c’est sans doute ce qui explique l’escalade verbale à laquelle on assiste. Plus les russes piétinent en Ukraine, plus ils menacent d’une troisième guerre mondiale. Et d’une attaque nucléaire. C’est ce qu’on appelle de la propagande pour casser le moral de l'ennemi. Il n’y a rien de plus classique…

Nicolas Poincaré (édité par J.A.)