RMC

"Une mesure plus symbolique qu'efficace contre les traversées": à Calais et Grande-Synthe, Decathlon ne vendra plus de kayak

L'enseigne de sport va retirer les kayaks de ses rayons à Grande-Synthe et Calais, après la mort de trois personnes ayant tenté la traversée de La Manche à bord d'une telle embarcation.

Decathlon ne vendra plus de kayak dans ses magasins à Calais et à Grande-Synthe. Dans un communiqué, l'enseigne explique que ces embarcations "pourraient mettre en danger la vie de personnes l'utilisant dans le cadre d'une traversée" de la Manche.

Ces articles sont "détournés de leur usage sportif" et "peuvent servir d'embarcations pour traverser la Manche" selon l'entreprise, qui indique que "ce n'est pas la conception qui est donnée à ces produits, ni leur utilité première". L'enseigne spécialisée dans les articles de sports justifie ce retrait par un usage qui "pourrait mettre en danger la vie des gens qui les utilisent dans le cadre d'une traversée." Elle indique que la décision a été prise "au magasin" et "validée par l'entreprise".

Cette décision intervient alors que les disparitions en mer se multiplient entre la France et l'Angleterre. L'Auberge des migrants, une association calaisienne qui travaille auprès des migrants, juge cette annonce symbolique et inefficace.

"Une mesure plus symbolique qu'efficace"

"L'annonce de Decathlon est un petit peu surprenante. Il faut s'en doute la lier à la mort de trois personnes dans La Manche après une tentative de traversée en kayak. Il est possible que l'enseigne se sente responsable", croit savoir François Guenoc, le président de l'association.

"Ce type d'embarcation est courant et peut se trouver sur des plateformes de vente de matériel d'occasion. Je pense que c'est une mesure plus symbolique qu'efficace contre les traversées de la Manche sur des embarcations de fortune, ajoute-t-il.

L'entreprise ajoute que ces kayaks restent disponibles à la vente en ligne et dans les autres magasins, et précise que "les produits qui permettent d'améliorer la sécurité en mer comme les gilets, les rames ou la protection thermique seront, eux, toujours disponible à la vente" à Calais et Grande-Synthe.

Vendredi, trois migrants avaient été portés disparus après avoir tenté de traverser la Manche sur des kayaks pour gagner l'Angleterre, dans un contexte de nouveau record des traversées de la Manche à bord de petites embarcations. Deux kayaks avaient été trouvés à la dérive au large de Calais jeudi, et deux naufragés secourus par la gendarmerie.

Mardi, 272 migrants ont encore été secourus, alors qu'ils traversaient La Manche. Partis de France vers l'Angleterre après l'évacuation du campement de Grande-Synthe, ils se trouvaient sur différentes embarcations de fortune en difficulté avant d'être secourus par des vedettes de la gendarmerie mais également des bateaux de commerce. Ils ont tous été ramenés aux ports de Calais, Dunkerque et Boulogne-sur-Mer, avant d'être pris en charge par la police aux frontières et les pompiers.

>> A LIRE AUSSI - Démantèlement d'un important campement de migrants à Grande-Synthe, dans le Nord

Mahauld Becker-Granier (avec Guillaume Dussourt)