RMC

10 ans après, de nouvelles révélations sur la mort de Michael Jackson

RMC
Le 25 juin 2009, la France se réveillait en apprenant la mort du "King of Pop". 10 ans plus tard, les circonstances de sa mort restent floues. Mais de nouvelles révélations ont été mises au jour dans un documentaire britannique.

Des mois et des années d’enquête pour boucler ce documentaire Killing Michael Jackson. Et décrocher ce témoignage déterminant: celui des 3 policiers enquêteurs qui sont arrivés les premiers dans la chambre de Michael Jackson.

Ce 25 juin, à Beverly Hills, le "roi de la Pop" est inanimé sur son lit. Autour de lui: un ordinateur, une poupée, des photos de bébés. Et son cardiologue, le docteur Conrad Murray qui tente de le réanimer en vain, depuis une demi-heure.

Michael Jackson est déclaré mort à l’hôpital quelques heures plus tard. Des analyses sont pratiquées. Et c’est là que les policiers commencent à douter. Un taux démesuré de Propofol, cet anesthésique dont la star était accro. Il y en avait assez dans son corps pour "achever un rhinocéros", selon les mots des enquêteurs. Ils font alors le lien avec le comportement étrange du médecin à l’intérieur de la chambre.

Il affirme avoir attendu 30 minutes avant de prévenir les secours faute de téléphone à proximité. Mais les enquêteurs en sont désormais persuadés: cette demi-heure est le temps qu’il aura fallu au docteur Murray pour se débarrasser de tout le Propofol.

Des médicaments, des aiguilles, des seringues, des bouteilles vides et tout un tas de détritus ont été retrouvés à proximité de la propriété du chanteur. Le médecin les aurait dissimulés avant d’appeler les secours et de pratiquer le massage cardiaque.

Le docteur Murray utilisait même un sac de solution saline pour cacher la bouteille de propofol dans la chambre de Jackson. Personne ne devait savoir qu’il lui en administrait, alors qu’il était officiellement engagé pour l’en sevrer. Le cardiologue a été condamné pour homicide involontaire en 2011.

Matthieu Rouault