RMC

Alcool, drogue… Johnny Hallyday "a parfois été rattrapé par ses démons"

Eric le Bourhis, l'un des biographes de Johnny Hallyday, décédé ce mercredi, est revenu dans les Grandes Gueules sur "le mal-être profond" qui traversait parfois le chanteur.

Alcool, drogue… Johnny Hallyday, décédé dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 74 ans, ne s'est pas ménagé au cours de sa carrière. Le chanteur avait confesser avoir consommé de l'opium et du haschich et pris de la cocaïne. Une façon de coller au modèle sex, drogue et rock'n roll, mais aussi une façon d'oublier ses démons, selon Eric le Bourhis, auteur de Johnny, l'incroyable histoire continue (éd. Prisma). "Alcool, drogues… Il en a largement abusé. Il considérait que cela faisait partie de son standing de rocker. Ses héros c'était James Dean, Marlon Brando … c'est cette imagerie-là qui le fascinait. Il considérait que cela faisait partie de l'image qu'il pouvait donner: les bagnoles, les bagarres, les soirées, la nuit…"

"Il considérait que cela faisait partie de son standing de rocker"

"Et c'était un homme qui parfois a pu se laisser aller et être rattrapé par ses démons, poursuit le biographe. Il avait une personnalité assez sombre. On le disait traversé par un mal être profond, qu'il essayait de contourner en se perdant dans certaines dérives". "Il a aussi très vite compris que le public aimait voir en lui une espèce de héros tragique", conclut Eric le Bourhis.

P. G. avec les GG