RMC

"Je n'ai jamais été son assistante": comment France 2 a exhumé l'interview de Penelope Fillon

Dans une interview datant de 2007 et diffusée ce jeudi soir dans le magazine Envoyé Spécial, sur France 2, Pénélope Fillon affirme n'avoir jamais été l'assistante parlementaire de son époux, ni sa chargée de communication. Yvan Martinet, journaliste d'Envoyé Spécial, raconte ce jeudi sur RMC comment ils ont exhumé cette interview vidéo.

C'est une interview qui va, une nouvelle fois, mettre à mal la ligne de défense de François Fillon. L'émission Envoyé Spécial diffuse ce jeudi soir sur France 2 une interview de Penelope Fillon, réalisée en 2007 par le quotidien britannique Sunday Telegraph, dans laquelle elle affirme qu'elle n'ait pas l'assistante parlementaire de son mari. Un poste pour lequel elle a été pourtant rémunérée 831.000 euros bruts au total, selon les révélations du Canard Enchaîné.

C'est Yvan Martinet, journaliste, coauteur de l’enquête d'Envoyé Spécial, qui a retrouvé cette vidéo compromettante pour le couple Fillon. "On commençait à gratter sur les documents qui existaient et on est tombé sur une interview qui était passée complètement sous les écrans radars, explique le journaliste, ce jeudi dans Bourdin Direct. En 2007, François Fillon vient d'être nommé à Matignon, et les britanniques voulaient en savoir plus sur Penelope Clark (son nom de jeune fille, NDR), lui demandant de la rencontrer. Et le 18 mai, le Sunday Telegraph obtient un rendez-vous avec elle".

"Une interview gentillette"

"C'est une interview gentillette. Le ton est gentil, on s'intéresse à son quotidien… La journaliste britannique fait un portrait d'elle. Elle est journaliste de presse écrite, mais le photographe qui est avec elle, enregistre en vidéo l'interview et aussi ce qui se dit à côté", relate Yvan Martinet. Dans cette interview, Penelope Fillon dit: 'je n'ai jamais été l'assistante de mon époux'. Elle ajoute: 'je ne me suis pas occupé de la communication de mon mari'".

"On peut parler d'une franche contradiction avec la ligne de défense qui est celle de François Fillon depuis une semaine", appuie le journaliste de France 2, qui rappelle qu'au moment où elle dit qu'elle n'a jamais été l'assistante de son mari, "elle travaillait déjà depuis plusieurs années auprès de François Fillon et aurait déjà engrangé à l'époque près de 380.00 euros".

P. Gril avec JJ. Bourdin