RMC

Affaire Théo: "la politique de monsieur Hollande en direction des banlieues est un échec"

Depuis les incidents qui ont touché les banlieues parisiennes, plusieurs associations et collectifs se mobilisent pour tenter d'apaiser la situation.

Depuis les incidents qui ont touché les banlieues parisiennes, plusieurs associations et collectifs se mobilisent pour tenter d'apaiser la situation. Le collectif Banlieue Respect travaille depuis 2005 dans les zones sensibles de l'île de France. Après la manifestation pour Théo qui a dégénéré samedi dernier, le président du collectif a souhaité aller à la rencontre des jeunes sur le terrain, à Bobigny.

Sillonner le quartier pour écouter et tenter d'apaiser la colère des jeunes: c'est la démarche d'Hassan Ben M'Barek à Bobigny après la manifestation en soutien à Théo. "C'est là qu'y a eu les émeutes et les problèmes ne peuvent pas se régler avec la violence".

"Une matraque dans l'anus et c'est un accident, mais c'est pas justifiable ça"

Très vite une discussion s'engage avec trois jeunes du quartier. "Vous pensez que ça va continuer?", demande le militant associatif. "Une matraque dans l'anus et c'est un accident, mais c'est pas justifiable ça", répond Nadim, 18 ans. Il habite à La Courneuve et suit une formation en alternance à Bobigny. Pour lui les contrôles d'identité sont au coeur des problèmes avec les policiers "Les gens pensent qu'ils viennent ‘oui bonjour contrôle, ce serait sympa!’. Mais ils viennent nous dire ‘ouais mets-toi sur le côté’ et au final ils nous frappent et nous aussi on est obligé de frapper".

Nadim a en tête les émeutes de 2005: "j’étais encore petit, je ne faisais rien, je me suis posé par la fenêtre et je regardais tout brûler, des cris, des tirs". Pour Hassan Ben M'Barek l'Etat n'a pas agi efficacement depuis. "Pour un apaisement il faut des discussions entre les policiers, les acteurs de terrain, les jeunes. La politique de monsieur Hollande en direction des banlieues c'est un échec". Il a justement envoyé hier soir un courrier à l'Elysée pour proposer ses solutions.

Pierre Gallaccio (avec A.M.)