RMC

Agression gare du Nord: le suspect mis en examen et placé en détention provisoire

L'homme suspecté d'avoir attaqué et blessé sept personnes à la gare du Nord, mercredi dernier à Paris, a été mis en examen et placé en détention provisoire dimanche soir. Des doutes persistent toujours sur son identité et notamment sur son pays d'origine.

L'homme soupçonné d'avoir blessé pour une raison indéterminée avec un crochet métallique sept personnes, dont l'une grièvement, mercredi dernier à la gare du Nord à Paris, a été mis en examen dimanche pour tentatives d'assassinats et placé en détention provisoire.

"Les investigations vont désormais se poursuivre, sous la direction d'un magistrat instructeur, et auront notamment pour objet de préciser le déroulement exact des faits, comprendre les motivations du mis en cause et d'éclairer la personnalité de l'intéressé", a déclaré dans un communiqué la procureure de la République de Paris, Laure Beccuau.

Le parquet avait requis la détention provisoire de cet homme qui se dit de nationalité algérienne et âgé de 31 ans, mais son identité "n'est pas, à ce jour, formellement établie", selon Laure Beccuau.

Blessé par balles par des policiers lors de son interpellation, il a été hospitalisé. Sa garde à vue avait dû être levée en raison de son état de santé, puis elle a repris samedi et a été levée dimanche en fin de matinée. "Il apparaît connu, sous plusieurs identités, pour des faits de violation de domicile, de vol et de rébellion, faits commis en 2019 et 2021 et se serait vu notifier deux obligations de quitter le territoire français, en 2020 et en septembre 2022", a précisé la magistrate.

Un "crochet métallique" comme arme

Les faits se sont déroulés mercredi matin, vers 06h45 à la gare du Nord, lorsque cet homme s'est "soudainement mis, sans raison apparente à ce stade, à frapper une première victime avec son arme, victime à laquelle il a asséné une vingtaine de coups" avec un "crochet métallique", selon un précédent communiqué de Laure Beccuau.

Les investigations à venir devraient, entre autres, se pencher sur d'éventuels troubles psychiatriques.

Au total, sept personnes ont été blessées: deux hommes de 41 ans et 36 ans, un policier de 46 ans affecté à la Police aux frontières (PAF) de la gare du Nord et trois femmes de 40, 47, et 53 ans, tous pris en charge immédiatement par les secours. Enfin, un homme de 53 ans, parti après l'agression, a été identifié plus tard par les enquêteurs, a précisé dimanche Laure Beccuau.

Lors de son interpellation, le suspect a été touché deux fois au thorax et une fois au bras après qu'un policier de la PAF, en uniforme et en service, et un autre de la brigade des réseaux franciliens (BRF), en civil et hors service, qui se trouvaient sur les lieux au moment des faits ont ouvert le feu.

Un homme susceptible d'avoir logé le principal suspect a été placé en garde à vue puis relâché sans poursuites à ce stade. Un autre homme, vu en train de lui parler peu de temps avant l'agression, a été mis hors de cause.

La rédaction avec AFP