RMC

Altercation raciste à Nice: "Ma mère est morte dans l'attentat, on m'a dit 'Tant mieux, ça fait une de moins'"

TEMOIGNAGE RMC - Hanane est la fille de Fatima, Marocaine de 60 ans, victime de l'attentat du 14 juillet à Nice. Cette jeune musulmane, préparatrice en pharmacie en région parisienne, est allée rendre hommage à sa mère, lundi, sur la Promenade des Anglais. Alors que ce devait être un moment de recueillement, avec d'autres membres de sa famille, elle a subi des réflexions islamophobes. Ce vendredi, elle raconte.

Ce lundi, lors de l'hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet où 84 personnes ont été tuées, à Nice, plusieurs vidéos sont apparues sur les réseaux sociaux, montrant de vives altercations à caractère raciste et islamophobe à Nice. Dans l'une d'entre elles, un homme lance: "Retournez d'où vous venez". La femme, invectivée et en colère, répond: "Je suis née en France monsieur". Il rétorque: "Vous êtes une honte pour la France". Une agression verbale dont a aussi été victime Hanane.

Cette femme est la fille de Fatima, une Marocaine de 60 ans, tuée au cours de l'attentat. Plus précisément, ce lundi, Hanane, préparatrice en pharmacie en région parisienne, est allée rendre hommage à sa mère sur la Promenade des Anglais avec ses sœurs, ses tantes, ses cousines... Mais alors que ce devait être un moment de recueillement, elle raconte, ce vendredi sur RMC, ce qu'elles ont vécu. "En l'espace de dix minutes, on s'est fait agressés deux fois, assure-t-elle. La première fois, une personne a dit 'On ne veut plus de ça chez nous', 'On ne veut plus de vous chez nous'".

"Pas d'amalgame"

"Ensuite, en retournant vers la voiture, un homme s'adresse à nous en disant 'C'est bien, vous vous déplacez en troupeau'. On lui a répondu que notre mère était décédée dans l'attentat. Il a répliqué 'Tant mieux, ça fait une de moins', s'indigne encore Hanane. J'étais tellement choquée et énervée que je ne lui ai pas répondu". Ce vendredi, dans Bourdin Direct, le message d'Hanane est clair: il ne faut pas faire d'amalgame.

"Daesh etc, nous n'y sommes absolument pour rien. Nous n'avons rien à voir avec ces gens-là (les terroristes, ndlr). Ils n'ont absolument rien à voir avec l'Islam, soutient-elle. Je refuse catégoriquement qu'on les associe à ma religion. Je ne veux surtout pas que l'on fasse d'amalgame. C'est trop facile de prendre le premier venu et de dire que c'est de sa faute".

Maxime Ricard avec Benoît Ballet