RMC

"Ce n'est pas parce qu'on est en prison qu'on n'a pas d'opinion": pour la première fois, 5.000 détenus français vont pouvoir voter

Le procédure de vote pour les détenus a été simplifiée, ils vont voter jusqu'à mercredi pour la première fois à l'intérieur d'une prison pour ce scrutin européen.

Pour la première fois, les détenus peuvent voter à l'intérieur des prisons pour les élections européennes grâce à une expérimentation votée en mars dernier.

Ce "vote par correspondance" a commencé lundi et va durer dans certains établissements jusqu'à mercredi. Il était en effet auparavant plus difficile pour les détenus de pouvoir voter: soit par procuration soit en obtenant une permission de sortie.

Au total environ 5000 détenus sont donc attendus aux urnes sur trois jours dans quasiment toutes les prisons françaises. Ils en ont fait la demande, sur un total de 56.070 répondant aux critères de vote, sans compter les mineurs, étrangers et condamnés expressément déchus de leurs droits civiques.

"Je ne pensais pouvoir voter en détention"

A la maison d'arrêt de Lyon-Corbas le vote a commencé lundi pour une centaine de personnes (sur 950 détenus au total, 700 répondant aux critères). Nous avons rencontré Yoann, 25 ans. Parmi les 34 bulletins de vote sur la table il en prend une dizaine, un geste familier mais cette fois-ci c’est en prison qu’il vote.

"J'ai toujours voté dehors. Je ne pensais pouvoir voter en détention mais apparemment c'est nouveau."

"Même si on est à l'intérieur ce n'est pas pour autant qu'on ne peut pas faire avancer ce qu'il se passe à l'extérieur"

Isoloir, urne... La pièce a tout d’un vrai bureau de vote. 

"Ca permet de rester dans la société. Pour la réinsertion c'est quelque chose qui est bien parce qu'on prend part à la vie de la cité en fait."

Pouvoir voter soi-même, c’est un devoir pour Mickaël, même en détention.

"Je trouve que c'est quelque chose de très important. J'ai déjà des affinités politiques comme beaucoup de gens j'imagine. Même si on est à l'intérieur ce n'est pas pour autant qu'on n'a pas d'opinion et qu'on ne peut pas faire avancer ce qu'il se passe à l'extérieur."

L'occasion de demander une carte d'identité

Emmanuel Fenard, directeur de l’établissement, prépare ces élections depuis l’automne avec des ateliers, des conférences sur l’Europe, mais aussi des démarches administratives.

"Pour un certain nombre de détenus, la première des démarches a été de demander une carte d'identité, car certains n'en avaient pas. C'est un premier acte de citoyenneté et de reconnaissance de cette nationalité française."

Lundi, grâce a ce bureau, 90 détenus sur 700 ont pu voter aux élections européennes.

Les bulletins des 188 prisons seront acheminés à Paris et dépouillés le jour officiel du scrutin, le 26 mai, par une commission électorale spécialement désignée.

Laura Taouchanov et Gwladys Laffitte (avec James Abbott)