RMC

Deux ans après la mort de sa fille, elle demande une loi sur les hélices de bateaux

Elle souhaite qu'une loi passe pour installer des cages autour des hélices de ces bateaux.

Elle veut alerter sur le danger des bateaux à moteur. Caroline Leclercq a perdu sa fille de 15 ans, mortellement blessée par l'hélice d'une embarcation, au large de Pornichet en Loire-Atlantique en 2019. 

En juin, elle a lancé une association, au nom de sa fille, Laëtitia, et une pétition. Avec un objectif, qu'une loi passe pour installer des cages autour des hélices de ces bateaux. 

Plus de 30.000 signatures

Deux ans après le drame, Caroline Leclercq peine encore à se remettre de la mort de sa fille.

“Je me réveille tous les matins pensant que ma fille est à mes côtés et la réalité, c’est qu’elle n’est plus là. Elle n’avait que 15 ans, elle avait la joie de vivre. Mon combat, c’est vraiment que des accidents tels que celui-ci s’arrêtent. On n’imagine pas que ça puisse arriver, mais un mort reste un mort et ces hélices sont de véritables hachoirs. Donc il faut vraiment qu’il y ait une loi pour qu'il y ait des protections qui soient installées autour des hélices. Ça ne coûte qu’entre 100 et 300 euros, il y a 30 minutes de travail pour installer ces cages à hélices et ça peut éviter que les vacances ne se transforment en véritable cauchemar", assure-t-elle.

La pétition, disponible sur change.org, a déjà reçu plus de 30.000 signatures sur les 35.000 requises En Seine-Maritime, la députée LREM Stéphanie Kerbarh s’est saisie de la question et a obtenu le lancement d’une mission d’inspection générale, dont les conclusions doivent être présentées prochainement.

Anne Huot avec Guillaume Descours