RMC

Dispositif policier exceptionnel sur les Champs-Elysées: "Du jamais-vu depuis mai 68"

Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat Unité SGP Police-FO, a détaillé le dispositif mis en place pour la manifestation des "gilets jaunes" samedi à Paris. Elle reproche en revanche à la préfecture de police de Paris de ne "pas avoir de stratégie".

Un samedi sous haute-tension à Paris. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner a annoncé jeudi que les Champs-Elysées, où veulent manifester à nouveau les "gilets jaunes" samedi une semaine après des débordements, seraient fermés à la circulation et ouverts "aux piétons" mais après "contrôles d'identité".

"Nous fouillerons les sacs pour éviter qu'il y ait des armes par destination et que nos forces de l'ordre soient des victimes, surtout que nous savons que l'ultra gauche et l'ultra droite se mobilisent pour venir une nouvelle fois casser", a précisé le ministre.

"C'est un peu ce qu'on avait demandé il y a une semaine"

Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat Unité SGP Police-FO, était l'invitée de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi matin semble satisfaite de ce dispositif proposé par le ministre après les graves débordements de la semaine précédente.

"C'est un peu ce qu'on avait demandé il y a une semaine donc on est contents d'avoir été en partie entendus."

Le dispositif sera donc très lourd avec entre 3.500 et 4.000 membres des forces de l'ordre présents sur place.

"Si on a 4000 hommes et pas de stratégie derrière ce ne sera pas mieux que la semaine dernière"

"A titre de comparaison, c'est autant que le 11 janvier 2015 pour la manifestation des chefs d'Etat (après les attentats de Charlie Hebdo et de l'HyperCacher). Et un peu du jamais-vu depuis mai 68 quand il s'agit de manifestations de contestation."

Elle reproche en revanche à la préfecture de police de Paris de ne pas avoir de vision stratégique globale, ce qui pourra conduire à autant de dégâts que la semaine dernière.

"Le préfet de police refuse de coordonner les décisions avec la direction centrale des CRS qui est spécialiste en maintien de l'ordre. Si on a 4000 hommes et pas de stratégie derrière ce ne sera pas mieux que la semaine dernière."
J.A. avec Bourdin direct