RMC

Enquête sur l’incendie de Notre-Dame : "Il va être très difficile d’investir quoi que ce soit"

L'enquête sur les causes l'incendie de Notre-Dame s'avère compliquée. Elle va se concentrer dans un premier temps sur les auditions des ouvriers et des agents de sécurité de la Cathédrale

L'enquête sur les causes l'incendie de Notre-Dame s'avère compliquée. Elle va se concentrer dans un premier temps sur les auditions des ouvriers et des agents de sécurité de la Cathédrale - Capture d'écran RMC Découverte

L'enquête sur les causes l'incendie de Notre-Dame s'avère compliquée. Elle va se concentrer dans un premier temps sur les auditions des ouvriers et des agents de sécurité de la Cathédrale.

Les enquêteurs chargés des investigations sur l'incendie apparemment accidentel qui a ravagé Notre-Dame restent prudents sur la cause précise du sinistre. Car l’enquête qui vient à peine de commencer s'avère difficile.

Les policiers n'ont pas encore accès à l'ensemble de l’édifice. Et si ils ont pu effectuer les premiers relevés dans certaines zones sécurisées par les pompiers, les dégâts sont trop importants pour retrouver des traces: "L’endroit le plus intéressant, s’est effondré par conséquent il va être très difficile d’investir quoi que ce soit. Il y a les dégâts de l’incendie et l’eau qui va stagner pendant un moment", explique sur RMC Guillaume Groult, secrétaire national adjoint en charge de la Police technique et scientifique.

40 personnes auditionnées

"Habituellement on recherche des traces départs de feu mais là ça va être compliqué. On va également chercher à savoir comment s’est propagé l’incendie ou encore vers où il s’est dirigé pour essayer de remonter à une origine", ajoute-t-il.

L’essentiel de l'enquête repose pour le moment sur les auditions alors que 40 personnes, parmi des ouvriers engagés sur le chantier et des agents de sécurité de la cathédrale, ont été interrogées depuis le sinistre.

Deux alertes

À ce stade, personne n'est mis en cause. Mais certains témoins vont être réentendus ce jeudi pour compléter leurs déclarations. Les policiers s'interrogent sur un éventuel dysfonctionnement du système d'alerte incendie de la cathédrale ou sur une éventuelle négligence.

Lundi, une première alerte a retentit à 18h20. Un agent de sécurité s’est alors rendu sous les combles mais n’a constaté aucun feu. Une deuxième alerte s’est déclenché à 18h40. Cette fois-ci, l'agent de sécurité s’est rendu dans le secteur proche de la flèche, constatant alors des flammes de 3 mètres de haut. L'incendie s’est alors propagé ravageant la toiture et détruisant la flèche.

Marion Dubreuil (avec Guillaume Dussourt)