RMC

Fallait-il un hommage national pour Maxime Blasco, le soldat tué en opération au Mali?

Fallait-il un hommage national pour Maxime Blasco, le soldat tué en opération au Mali?

Fallait-il un hommage national pour Maxime Blasco, le soldat tué en opération au Mali? - RMC

Un hommage national présidé par Emmanuel Macron sera rendu mercredi à l'Hôtel des Invalides au caporal-chef français.

Sa famille ne le souhaitait pourtant pas. Un hommage national présidé par Emmanuel Macron sera rendu mercredi à 16h30 à l'Hôtel des Invalides au caporal-chef français Maxime Blasco, un soldat au "parcours exceptionnel" tué en opération au Mali, a annoncé mardi l'Elysée. Le cortège funéraire franchira auparavant le pont Alexandre III à Paris, comme de tradition.

Une heure plus tard, place à l'hommage funèbre présidé par Emmanuel Macron dans la cour des Invalides. Le sergent Blasco recevra alors les insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur avant qu'une minute de silence ne soit respectée. 

Le lendemain, jeudi, un autre hommage lui sera rendu, en Isère, par ses frères d'armes du 7e bataillon de chasseurs alpins. 

Sa famille aurait préféré un hommage familial, discret, près des siens, à Varces en Isère. Mais le Président de la République souhaite honorer la mémoire de ce caporal-chef de 34 ans, médaillé à de multiples reprises. Alors fallait-il un hommage national?

Un grand oui, pour Laurence qui, habite Varces: "Après les missions, le travail qu'ils font, c'est normal de les respecter, de leur rendre hommage. Et de dire adieu à ces héros de la France". 

Mais pour Joseph, le souhait des proches du militaire aurait dû prévaloir: "Il faut respecter la décision de la famille. Peut-être que lui, c'est ce qu'il aurait voulu!".

Pour Jean-Luc Corbet, le maire de la commune, cette cérémonie militaire est tout de même nécessaire: "Je pense que le passage par les Invalides, à Paris, est obligatoire pour l'Etat français. On se doit ce soutien, ce soutien de tout un chacun et de la Nation toute entière. A Paris, c'est toute la Nation qui va s'incliner devant le cercueil de Maxime" explique-t-il.

Le soldat français a été tué au cours d'une opération de reconnaissance et de harcèlement conduite par la force antijihadiste Barkhane dans la région de Gossi, à proximité de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso.

A la demande de la famille, et en accord avec le maire, le nom de Maxime Blasco doit être gravée sur l'un des monuments au mort de la commune de Varces. La demande doit être effectuée en Préfecture et validée par la Préfecture de l'Isère.

Après la cérémonie, Emmanuel Macron s'entretiendra avec la compagne du militaire. Elle l'affirme d'ailleurs dans le journal le Parisien: elle formulera auprès du chef de l'Etat une demande de mariage à titre posthume pour qu'elle puisse porter le même nom de famille que Maxime Blasco. "Quand j'ai dit à mon fils que je faisais cette demande de mariage, il a crié de joie. C'est important pour nous reconstruire" ajoute t-elle. 

"Valeur exceptionnelle de ses services"

Plusieurs fois décoré, le caporal-chef Blasco, 34 ans, avait reçu en juin la médaille militaire "pour la valeur exceptionnelle de ses services". "C'était quelqu'un qui avait un parcours opérationnel exceptionnel", selon le colonel Pascal Ianni, porte-parole des armées. En 2019, il avait sauvé la vie à deux de ses camarades après le crash de leur hélicoptère Gazelle. Grièvement blessé, notamment avec de multiples fractures vertébrales, il avait réussi à les extraire sur une cinquantaine de mètre avant de les installer "de façon un peu artisanale sur les patins" d'un hélicoptère Tigre pour les extraire de la zone de combat, selon l'état-major.

Son décès porte à 52 le nombre de soldats français tués au combat au Sahel depuis 2013.

Jean-Wilfried Forquès