RMC

Incendie de Notre-Dame: 7 mégots de cigarettes ont été retrouvés

Une semaine après le drame, Le Canard enchaîné révèle plusieurs manquements aux règles élémentaires de prudence sur le chantier de rénovation de la cathédrale de Notre-Dame.

Plusieurs hypothèses sont avancées. D'après le journal, les enquêteurs travaillent à déterminer s'il s'agit d'un court-circuit lié aux ascenseurs des échafaudages, à l'éclairage ou encore aux boîtiers électriques nécessaires aux travaux.

Les 12 ouvriers l'ont reconnu devant les policiers

Autre hypothèse pour expliquer le départ du feu: un mégot de cigarette. Des ouvriers employés sur le chantier auraient en effet pris l'habitude de fumer sur les échafaudages, passant outre les consignes. En tout, 7 mégots de cigarettes ont été retrouvés.

Les 12 ouvriers l'ont reconnu devant les policiers: ils leur arrivaient de fumer sur le chantier. "C'est mal, mais ce n'est en aucun cas la cause de l'incendie", selon le porte-parole de l'entreprise "Le Bras Frères", chargé des échafaudages. Il affirme aussi que les installations électriques liées aux travaux n'ont pas provoqué l'incendie: "Le dernier ouvrier est parti à 17h50 en coupant l'électricité", dit-il.

Les enquêteurs n'excluent aucune piste

Les prélèvements vont en tout cas commencer: le site est maintenant sécurisé, alors dès aujourd'hui, des dizaines d'enquêteurs et d'ingénieurs vont gratter, fouiller dans les amas de poutres et de pierres à la recherche de tout ce qui a pu tomber au sol: câbles électriques, néons... Mais aussi chercher d'éventuelles traces de peintures ou encore d'hydrocarbures, prendre des photos et consigner tout cela sur des plans.

Un long travail qui va prendre plusieurs jours, viendra ensuite le temps des experts judiciaires. Les enquêteurs n'excluent en tout cas aucune piste, tout est sur la table, car les constatations ont à peine commencé.

Gwladys Laffitte (avec Caroline Petit)