RMC
Exclusivité

Incendie mortel de Vaulx-en-Velin: la maire demande des policiers face au retour des dealers

Après la mort de dix personnes, dont quatre enfants, dans un incendie vendredi dernier à Vaulx-en-Velin (Rhône), la maire de la ville Hélène Geoffroy (PS) va être reçue par la Première Elisabeth Borne ce mardi après-midi. Dans "Apolline Matin" sur RMC et RMC Story, elle explique attendre les conclusions de l’enquête sur l’origine du drame et demande des moyens policiers pour empêcher la réinstallation des trafiquants de drogue.

Comment expliquer un tel drame? Après le terrible incendie qui a fait dix morts, dont quatre enfants, vendredi dernier à Vaulx-en-Velin (Rhône), le parquet de Lyon a annoncé l'ouverture d'une information judiciaire pour "dégradation volontaire par incendie ayant entraîné la mort". Aucune interpellation n'a eu lieu pour l'instant. En plein deuil, les proches des victimes et les habitants de la ville attendent des avancées de l’enquête.

"Le procureur me disait hier qu’il n’excluait aucune hypothèse, dans la mesure où ils n’avaient pas trouvé de produit inflammable ou d’accélérateur de feu, indique la maire de la ville Hélène Geoffroy (PS) dans ‘Apolline Matin’ ce mardi sur RMC et RMC Story, avant d’être reçue à Matignon dans l’après-midi. Moi, dès le vendredi, lorsque les ministres de l’Intérieur et du Logement sont venus à Vaulx-en-Velin, j’ai demandé les moyens d’une enquête la plus complète possible. Nous sommes dans le moment du deuil, mais nous avons aussi besoin d’explications et de comprendre les causes du drame. Nous les devons aux familles et aux habitants de la ville. Le procureur m’a assuré qu’avec les juges d’instruction, l’enquête serait faite de façon approfondie."

"Il faut être en capacité d’installer la police nationale"

La maire de Vaulx-en-Velin confirme que des points de deal se situaient dans cette zone où l’incendie a fait rage. Et elle demande des moyens policiers pour empêcher la réinstallation des trafiquants de drogue. "Toutes les pistes existent, explique Hélène Geoffroy (PS). Sans faire les liens, si vous demandez s’il existe des trafics, évidemment. Ce sont des alertes, des interventions de la police. Ce que je demande, c’est que nous puissions avoir une police de façon continue. En réalité, aujourd’hui, il s’agit d’interventions régulières et des trafiquants ont déjà été arrêtés et des filières démantelées, mais nous sommes dans un mouvement de réinstallation, de façon régulière. Dans ces immeubles, il y a déjà eu des démantèlements de filière il y a quelques mois et puis les trafiquants sont revenus sur ce secteur. Ce qu’il faudrait, c’est que la police nationale puisse être installée de façon permanente. Il faut retravailler la configuration urbaine du quartier, qui facilite. C’est l’ensemble de ces sujets que je vais évoquer avec la Première ministre."

"J’ai fait installer des caméras, j’ai multiplié par sept les effectifs de la police municipale, je l’ai armée, mais ce n’est pas sa compétence, ajoute l’élue. C’est celle de l’Etat et il faut désormais travailler autrement. Nous sommes de nombreux maires à le demander. Il faut être en capacité d’installer la police nationale pour décourager et empêcher les réinstallations, une fois que les points de deal ont été démantelés. Et il faut pouvoir accélérer les processus de rénovation urbaine. J’ai obtenu des financements, y compris pour cette résidence, en 2019, pour qu’elle soit rénovée. Ce sont des copropriétés, pas des logements sociaux." Les 38 familles évacuées après l’incendie sont pour le moment relogées dans l’internat d’un lycée.

LP