RMC

Incidents à Aulnay-sous-Bois: "les gens ont un sentiment de haine", raconte un condamné

Deux jeunes, impliqués dans les récentes violences à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) qui avaient éclaté après qu'un jeune de la ville a été grièvement blessé à l'anus par des policiers la semaine dernière, ont été condamnés à six mois de prison ferme. Ce jeudi sur RMC Sofiane estime avoir été injustement condamné.

Une semaine après l'interpellation brutale de Théo à Aulnay-sous-Bois, les premières condamnations sont tombées à l'encontre des jeunes qui se sont livrés à des violences. Ce mercredi, le tribunal de Bobigny a prononcé cinq condamnations et une relaxe à l'encontre de jeunes majeurs poursuivis pour des faits d'embuscades après les violences urbaines de lundi à Aulnay-sous-Bois. Dans le détail, deux jeunes, qui avaient déjà un casier judiciaire, ont été condamnés à six mois de prison ferme mais sont ressortis libres du tribunal. Une condamnation incompréhensible pour Sofiane.

"C'est injuste, les juges n'avaient pas de preuves, estime-t-il. Au moment de mon interpellation, il y avait des petites tensions avec la police. En réalité, ils se sont mis des deux côtés de la rue et ont arrêté tout le monde au hasard, dont moi. Mais je n'avais rien à voir avec tout ça même si je savais qu'il y avait une mobilisation, que ça allait partir en c…. Pour autant, je ne comptais pas y participer." "On n'a rien fait du tout. On ne les (les policiers) a même pas caillassé. Eux disent qu'on a fait une embuscade avec violence alors que c'est totalement faux. C'est justement au moment où j'ai été interpellé que les jets de pierres ont commencé", se défend encore le jeune homme.

"Les gens ont un sentiment de haine"

Sofiane considère encore que les mobilisations en soutien à Théo" sont une bonne chose parce que les policiers font beaucoup de bavures mais ne sont jamais punis". "J'ai déjà vu des policiers faire du chantage, dont l'un des trois policiers mis en cause dans cette affaire, poursuit-il. Pour autant, je ne trouve pas ça légitime de caillasser les policiers. Mais que les gens se mobilisent, ça c'est légitime. Si on ne le fait pas, ça veut dire qu'à chaque fois ils vont pouvoir baisser des pantalons et mettre des matraques dans les fesses".

Malgré l'appel au calme lancé par Théo, Sofiane souligne que, à Aulnay-sous-Bois, "les gens ont un sentiment de haine à cause des nombreuses bavures policières. Il y a eu l'histoire de Zyed et Bouna, d'Adama Traoré maintenant Théo… Je suis en colère mais ça ne va rien changer: le mal a déjà été fait".

Maxime Ricard avec Marion Dubreuil