RMC

"L’islamisme est un fachisme mais il ne faut pas tomber dans le racisme", prévient Patrick Pelloux, premier médecin présent à Charlie Hebdo

Patrick Pelloux, urgentiste et ex-collaborateur de Charlie Hebdo fut l'un des premiers à pénétrer dans les locaux du journal satirique après l'attaque des frères Kouachi.

Ce 7 janvier 2015, les frères Kouachi sont partis depuis quelques minutes seulement lorsque Patrick Pelloux arrive dans les locaux de Charlie Hebdo. L’urgentiste et ancien collaborateur du journal satirique, qui se trouvait non loin, enchaîne les garrots et trie les blessés : "Nous sommes arrivés sur les lieux pour faire les gestes de premiers secours et orienter les collègues pour leur permettre d’arriver le plus vite possible en évitant une procédure qui aurait pu aggraver les blessures. Dans une zone d’attentat normalement on sécurise les lieux avant d’intervenir", raconte-t-il ce lundi dans les "Grandes Gueules".

Un témoignage qu’il a reproduit vendredi à la barre, devant la cour d’assises spéciale de Paris qui juge en ce moment 11 prévenus soupçonnés de complicités dans les attentats de janvier 2015: "C’était l’apocalypse, j’en ai vu des choses, j’ai fait le tour de tout ce qu’on peut voir en terme d’urgence mais ça non. D’autant plus que c’était des amis et des proches", rappelle Patrick Pelloux sur RMC.

"Il faut de la tolérance"

Et ce témoignage douloureux, est nécessaire selon lui, pour permettre le bon fonctionnement de la justice: "Le terrorisme islamiste n’abattra jamais le fonctionnement de la République et de notre système. C’est le temps de la justice des hommes qui ne sera jamais plus la justice de dieu. Tout ça il fallait le raconter", détaille l'urgentiste.

"L’islamisme est un fachisme mais il ne faut pas tomber dans le racisme ou croire que ce que l’on dit c’est du racisme. Il faut de la tolérance, il faut continuer à se battre pour donner les moyens de la République à tous et dans tous les quartiers. Mais nous avons une franche radicale religieuse qui pense pouvoir faire la loi en France et notamment appliquer la Charia dans certains quartiers. C’est un combat de chaque instant et il faut que les politiques se mobilisent pour ça", explique Patrick Pelloux.

"Rétablir la laïcité c’est une lutte de chaque instant"

Toujours selon le praticien, l'islamisme tenterait de se faire une place au sein de l'hôpital public, un phénomène qui n'est pas nouveau et que l'on peut retrouver avec toutes les religions à différentes époques: "Avant on avait des extrémistes catholiques qui luttaient contre l’avortement. Maintenant on a une montée des radicaux islamistes pour transgresser le port du voile. Quant aux demandes d’hommes ne voulant pas que leur femme soient soignées par d’autres hommes, ça s’est banalisé".

"Il y a eu un rappel à la laïcité fait par Martin Hirsch pour l’APHP. Il y a des hôpitaux comme La Timone à Marseille qui essaient d’expliquer les choses en faisant de la pédagogie mais c’est extrêmement difficile. Rétablir la laïcité c’est une lutte de chaque instant".

Aujourd'hui, Patrick Pelloux plaide pour une republication des caricatures comme l'a fait Charlie Hebdo à l’ouverture du procès des attentats de janvier 2015: "Charlie a eu raison. Il fallait le faire. Ce n’est pas de la provocation, c’est la liberté d’expression et c’est hyper important, Il n’y a pas à transiger avec ça. La liberté d’expression, le droit de blasphémer, le droit à l’humour c’est quelque chose d’important".

Guillaume Dussourt