RMC

"La Chimère": le trafiquant de drogue Sofiane Hambli est une fois de plus en cavale

-

- - RMC

Ce trafiquant de drogue de haut vol est introuvable depuis le 22 mars dernier.

Le trafiquant de drogue de haut vol Sofiane Hambli, mis en examen en novembre dans une affaire de stupéfiants, est une fois de plus en cavale. Dans ce nouveau dossier, la justice française le soupçonne d'avoir perçu 2,5 millions d'euros pour organiser la logistique de l'importation de quatre tonnes de cannabis, des accusations qu'il dément d'après son avocat Hugues Vigier.

Arrêté en novembre à Bordeaux, M. Hambli avait été placé en détention provisoire début décembre dans cette procédure, un placement cassé mi-mars par la Cour de cassation, a précisé à l'AFP son avocat. Il a alors été libéré sous contrôle judiciaire, ce qu'a contesté le parquet de Bobigny au vu du risque de fuite. 

Quelques jours plus tard, le 22 mars, "la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a décerné un mandat de dépôt à son encontre" afin qu'il soit de nouveau incarcéré, a déclaré le parquet de Bobigny. Ne s'étant pas présenté aux autorités et n'ayant été retrouvé par les services de police, "il est effectivement en fuite", a ajouté cette source.

"Ils veulent absolument ma peau"

A la demande des autorités françaises, Interpol a émis une notice rouge à l'encontre de l'homme de 45 ans surnommé "La Chimère", au casier judiciaire chargé de lourdes condamnations pour trafic de cannabis. Cet avis de recherche international est consultable sur le site internet de l'organisation de coopération policière.

"Je pense qu'il s'est dit 'ils ont tout organisé pour que je sois coincé, ils vont me remettre en détention, ils veulent absolument ma peau'. Du coup il a décidé sans doute de partir", a dit à l'AFP son avocat Hugues Vigier, qui a indiqué ne pas savoir où se trouvait son client.

Sofiane Hambli - dont le prénom est parfois orthographié "Sophiane" - est le personnage-clé d'une enquête sur les pratiques de l'ex-patron de la lutte antidrogue François Thierry, qui avait conduit au remplacement de l'Ocrtis par l'Ofast (Office anti-stupéfiants) en 2019.

Né à Mulhouse, le trafiquant est coutumier de la cavale. Il avait notamment été interpellé en 2004 en Espagne après son évasion l'année précédente de la prison de Metz. En 2009, c'est encore en Espagne qu'il avait été arrêté alors qu'un tribunal français l'avait condamné par défaut à 18 ans de prison.

La rédaction de RMC avec AFP