RMC

Le parquet financier ouvre une enquête sur les biens d'oligarques russes en France

Le yacht Ragnar, qui appartiendrait à un oligarque russe, à quai à Narvik, dans le nord de la Norvège, le 21 mars 2022

Le yacht Ragnar, qui appartiendrait à un oligarque russe, à quai à Narvik, dans le nord de la Norvège, le 21 mars 2022 - Jonathan NACKSTRAND © 2019 AFP

L'ONG anticorruption Transparency International (TIF) a déposé une plainte fin mai à Paris pour notamment des faits de "blanchiment" de la part d'oligarques russes proche de Vladimir Poutine. Le Parquet national financier a ouvert une enquête qu'elle a confié à l'Office central pour la répression de la grande délinquance financière.

Le parquet national financier a ouvert le 1er juillet une enquête visant les biens acquis en France par des oligarques russes proches du président Vladimir Poutine, a-t-on appris lundi de source proche du dossier, confirmant une information du Parisien.

Cette enquête a été confiée à l'Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF). Elle survient après que l'ONG anticorruption Transparency International (TIF) a déposé une plainte fin mai à Paris pour notamment des faits de "blanchiment" visant de possibles biens mal acquis en France par "des hommes d'affaires et hauts fonctionnaires proches de Vladimir Poutine".

La plainte contre X de l'ONG vise, outre le blanchiment, la non justification de ressources, TIF expliquant ainsi "dénoncer le système de capture de l'État russe et de la richesse nationale par" des proches de Vladimir Poutine.

Selon l'ONG, qui ne donne pas les noms des personnes visées pour "éviter des représailles", le système élaboré "étend ses ramifications jusqu'en France, dans le secteur de l'immobilier notamment, du fait d'un manque de vigilance des intermédiaires".

"L'ambition des mesures de sanctions contre la Russie et les premières annonces de gel se heurtent aux difficultés d'identifier le patrimoine des personnes sanctionnées. En France, comme ailleurs, la traque des avoirs des oligarques et des proches du régime russe piétine", avait expliqué dans un communiqué TIF, en mettant l'accent sur les "intermédiaires, prête-noms, sociétés-écran ou trusts dans des paradis fiscaux ou judiciaires".

De nombreux avoirs gelés depuis le début de la guerre

Grâce à diverses sources, "nous avons pu dresser un inventaire du patrimoine immobilier en France de plusieurs oligarques et proches du régime russe, identifier les chaînes de propriétés mises en place à cet effet, et réunir un faisceau d'indices sur l'origine illicite des ressources ayant permis l'acquisition de ce patrimoine", avait alors affirmé Patrick Lefas, président de TIF.

"Le chapitre judiciaire des 'BMA' (biens mal acquis, NDLR) des oligarques russes va s'ouvrir (...). Les mesures de gel (d'avoirs, NDLR) intervenues" suite à la guerre en Ukraine "vont être dans certains cas un facteur d'accélération de l'enquête et permettront de vastes mesures de saisie et en cas de condamnation pénale, de confiscations", avait fait valoir Me William Bourdon, avocat de TIF.

Depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la communauté internationale a dressé une liste de noms d'oligarques russes dont les avoirs ont été gelés. En France, plusieurs propriétés ont été recensées, sur la côte d'Azur, en Région Rhône-Alpes, à Paris mais aussi dans le Sud-Ouest.

La rédaction avec AFP