RMC

Les touristes choqués par les violences à Paris : "Je ne m'attendais pas à ces violences dans un pays civilisé comme la France"

Les scènes de violence inédites qui se sont déroulées à Paris ce samedi ne sont pas sans conséquence pour les professionnels du tourisme. Hôtels et restaurants souffrent sérieusement d’une baisse du nombre de réservations car beaucoup de touristes étrangers ont été choqués des scènes observées samedi.

"L'image accueillante de Paris et de la France a été massacrée". Ce sont les mots de Roland Héguy, président de la Confédération des acteurs du tourisme, au lendemain des violences et des dégradations de samedi pendant la mobilisation des gilets jaunes.

Pour lui, les fêtes de Noël sont compromises, voire fichues. Ces images choquantes vont décourager les touristes étrangers, mais aussi les Français.

Les professionnels du tourisme appellent ce lundi le gouvernement à rétablir un climat favorable à l'activité économique, à trois semaines de Noël et du Nouvel An. Touristes et professionnels du secteur restent sous le choc des violences de samedi.

"J'ai surtout été choquée par l'ampleur de ces violences"

C’est le cas de Peggy, venue du Liban il y a trois jours. Elle s'est retrouvée bloquée dans son hôtel situé sur l'Avenue Kleber, en plein milieu des affrontements violents de samedi.

"Je ne m’attendais pas du tout à ce genre de violences dans une ville comme Paris, dans un pays civilisé comme la France qui fait tant de choses pour ses habitants. J’ai surtout été choquée par l’ampleur de ces violences. Il y a eu des voitures brûlées, des policiers et des manifestants couraient partout et puis surtout beaucoup de gaz lacrymogènes. On a eu très peur. Nos proches nous ont même appelé pour vérifier que tout allait bien et nous dire de rentrer au Liban parce que c’était trop dangereux de rester ici à Paris".
Anaïs Bouitcha (avec C.P.)