RMC

Procès des attentats de Bruxelles: des victimes convoquées, par erreur, pour être dans le jury

Après le procès des attentats du 13 novembre à Paris, celui des attentats de Bruxelles doit s'ouvrir le 5 décembre. Un jury populaire composé de 12 titulaires et 24 suppléants doit être tiré au sort pour juger les neuf accusés, dont Salah Abdeslam. Problème: par erreur, plusieurs victimes des attentats ont été convoquées pour faire partie de ce jury.

Le procès va durer plusieurs mois, tout comme celui des attentats du 13 novembre à Paris. Six ans après les attentats de Bruxelles, les neuf accusés, dont Salah Abdeslam, vont devoir s'expliquer devant la cour d'assises de Bruxelles (Belgique). Mais, avant l'ouverture de ce procès qui s'annonce douloureux, plusieurs victimes dénoncent des couacs.

Pour juger les accusés, un jury populaire, composé de 12 titulaires et de 24 suppléants, va être tiré au sort mercredi. Sauf que plusieurs victimes ont été convoquées, par erreur, pour faire partie de ce jury.

C'est le cabinet d'huissiers, en charge de contacter les parties civiles, environ un millier, et les 700 candidats jurés, qui s'est trompé.

Pas le premier couac

Concrètement, ils ont confondu les convocations des jurés avec celles des victimes. Au moins cinq d'entre elles sont concernées. Le porte-parole de la cour d'assises de Bruxelles parle d'une "erreur regrettable".

Une erreur peut arriver, mais ce n'est pas la première. Certaines victimes avaient déjà signalé que lors de la remise des actes d'accusation, certains huissiers les avaient laissés devant leurs portes et même chez des voisins. Ce document détaille, tout de même, les faits reprochés aux suspects.

Enfin, alors que ce procès devait commencer en octobre, il avait été repoussé. En cause: le box des accusés, spécialement construit pour l'occasion, a dû être démonté car il rendait impossible le contact de ces derniers avec leurs avocats. Cela ne respectait pas leurs droits.

AB avec Lucile Pascanet