RMC

Scellés de cocaïne remplacés par du plâtre: deux policiers mis en examen à Paris et incarcérés

Ils sont soupçonnés d'avoir remplacé de la cocaïne par du plâtre dans des scellés  (illustration)

Ils sont soupçonnés d'avoir remplacé de la cocaïne par du plâtre dans des scellés (illustration) - VALERY HACHE / AFP

Les deux policiers soupçonnés d'avoir remplacé de la cocaïne par du plâtre dans des scellés ont été mis en examen jeudi pour faux et usage de faux en écriture publique, transport et détention de stupéfiants et détournement de scellés. Ils ont été incarcérés.

Deux policiers, dont un officier, de la prestigieuse brigade des stupéfiants de la PJ de Paris, ont été mis en examen ce jeudi et incarcérés, soupçonnés notamment d'avoir remplacé de la cocaïne par du plâtre dans des scellés.

Ils ont été mis en examen pour "faux et usage de faux en écriture publique", "transport et détention de stupéfiants" et "détournement de scellés", selon la même source.

L'un des deux a été placé en détention provisoire. L'autre a demandé un débat différé devant le juge des libertés et de la détention sur son éventuel placement en détention provisoire et a été incarcéré dans l'attente.

Une information judiciaire ouverte en août 2021

L'instruction porte sur des soupçons de détournement de scellés, détention, offre ou cession de stupéfiants, association de malfaiteurs ainsi que faux et usage en écriture publique.

Tous deux avaient été interpellés et placés en garde à vue dans une information judiciaire ouverte en août 2021, avait indiqué une source judiciaire mardi, confirmant une information de RTL.

Selon RTL, c'est la seconde expertise d'un scellé, ordonnée par un juge enquêtant sur un trafic de cocaïne qui a révélé la présence de plâtre à la place et mis au jour le tour de passe-passe.

La brigade parisienne avait été secouée par un retentissant scandale en 2014 avec le vol de près de 50 kilos de cocaïne dans ses scellés. Son auteur, un ancien policier, avait été condamné en 2017 à 10 ans d'emprisonnement, la peine maximale. S'il a toujours nié son implication, il n'a cependant pas fait appel et la marchandise, estimée à 2 millions d'euros, n'a jamais été retrouvée.

AB avec AFP