RMC

A Villeurbanne, la population réclame la légalisation du cannabis

Sur les 3700 contributions recueillies, 72% sont en faveur une légalisation du cannabis en France. Ils estiment que celle-ci permettra un meilleur contrôle du produit et de réduire les trafics.

Les chiffres traduisent une tendance nationale. 72% des personnes consultés sont favorables à une légalisation du cannabis en France. Une grande consultation a été faite dans la ville de Villeurbanne près de Lyon. 3700 contributions ont été recueillies dans cette ville confrontée au trafic de drogue.

Les arguments des Villeurbannais pour justifier ce choix sont percutants: selon eux, un strict contrôle de l'Etat sur les produits vendus, comme cela se fait pour le tabac, permettrait de réduire le trafic et donc les incivilités dans les quartiers. 

La qualité du cannabis pourrait ainsi être contrôlée, notamment pour un usage thérapeutique, là aussi largement approuvé. L'argent récolté par la vente du cannabis serait réservé au financement de la prévention, en milieu scolaire défavorisé par exemple. 

Une consultation livré au grand débat national

Enfin, la police, aujourd'hui sous-dotée pour traquer les petits dealers, pourrait se concentrer sur d'autres types de délinquance. Des Villeurbannais qui sont aussi unanimes: en cas de légalisation, la conduite sous l'emprise du cannabis doit rester interdite et sanctionnée. Pour Didier Vullierme, adjoint à la sécurité à la mairie de Villeurbanne, le gouvernement doit à présent s’emparer du débat.

"Le chef de l’État, qui affirme vouloir écouter ce que disent les citoyens, le gouvernement et le Parlement doivent aujourd’hui faire preuve de courage politique. Il faut que le gouvernement prenne en charge cette question et fasse évoluer la loi. Et ouvre, sans tabou, sans à priori, un débat que les citoyens appellent de leurs vœux. Le gouvernement ne peut pas rester sourd à une telle expression populaire", estime-t-il.

Le rapport de cette consultation sera versé sous forme de livre blanc au grand débat national.

Gwenaël Windrestin avec Guillaume Descours