RMC
Exclusivité

Affaire Abad: "Le danger, c’est le sentiment d’impunité" dénonce la plaignante

EXCLU RMC. La femme qui a déposé plainte contre Damien Abad pour tentative de viol a décidé de sortir de son silence sur RMC. Laëtitia (*) estime que la nomination du député Renaissance à la présidence du groupe d'amitié France Liban à l'Assemblée nationale est un mauvais signal pour le monde politique et le bon fonctionnement de la justice, alors qu’une enquête est toujours en cours.

Cette élue centriste, que nous appellerons Laëtitia (*), souhaite rester anonyme, "pour qu’on ne puisse pas m’accuser de vouloir bétonner ma réélection ou de vouloir un profit politique de cette affaire judiciaire". Quand elle a découvert que Damien Abad était nommé président du groupe d’amitié France Liban à l’Assemblée nationale, elle s’est insurgée contre cette promotion, très éloignée du "devoir d'exemplarité des responsables politiques" annoncé par la Première ministre Elisabeth Borne au lendemain de l'éviction de Damien Abad du gouvernement le 4 juillet dernier.

Elle craint aujourd’hui que cette nomination de Damien Abad montre qu’il a toujours le soutien des puissants, alors qu’il est visé par une enquête pour tentative de viol confiée à la BRDP par le parquet de Paris. Même s’il s’agit d’un titre honorifique, l'élu Renaissance de l'Ain pourra être amené à accompagner le chef de l'état dans ses voyages officiels au Liban.

"J'ai confiance en la justice de mon pays, affirme Laetitia. Par contre, j'ai peur qu'on entrave la justice en donnant trop de pouvoir à une personne qui m'a agressée et qui a tenté de me violer. J'ai eu trop de personnes qui m'ont témoigné leur sympathie mais qui m'ont assuré de refuser vouloir témoigner parce qu'elle avait peur des représailles que je crains que le signal d'une nomination de représentation de la France aux côtés d'Emmanuel Macron soit un mauvais signal pour le bon fonctionnement de la justice."

>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités 

"Lors d’une fête, on est passé au-delà de la drague lourde"

Laetitia militait au Nouveau centre quand elle a connu Damien Abad. La tentative de viol qu'elle a dénoncé à la justice remonte au premier semestre 2010. La suite, elle l’a racontée au micro de RMC: "A l'époque, il était député européen, président national des jeunes centristes. Pour des jeunes militants que nous étions, c'était entre guillemets notre chef. A chaque fois qu'il m'a proposé des rendez-vous en tête à tête, je les ai refusés. Pour autant, je continuais à militer à ses côtés et aux côtés des jeunes centristes. Il a assez rapidement été en mode drague légèrement insistante, assez lourde. Je ne rentrais pas du tout dans le jeu, je déclinais. Lorsqu'on est militant politique, on est aussi une bande d'amis qui s'engagent, qui passent ensemble des moments politiques et puis aussi des moments de détente. J'ai été invitée à une fête avec d'autres militants politiques. Lors de cette fête, on est passé au-delà de la drague lourde et j'ai été victime d'une tentative de viol."

"C'était mon devoir de porter plainte pour que ça cesse"

Ce sont les témoignages de deux autres femmes qui accusent Damien Abad de viols en 2010 et 2011 révélés par Médiapart en mai dernier qui ont poussé Laetitia à déposer plainte. Elle a constaté de nombreuses similitudes avec sa propre expérience. Et notamment ce verre que lui a tendu Damien Abad, dont elle est persuadée qu'il contenait de la drogue: "J'ai réalisé que ce n'était pas un fait isolé comme pendant des années on avait pu me le dire. Puisque pendant 12 ans, j'en ai parlé, j'avais alerté des personnes qui pour certaines avaient minimisé les faits et j'avais la croyance d'un fait isolé et non pas de faits répétés. Ce qui a changé dans ma vie, c'est de savoir que je n'étais pas la seule parce que jusqu'à la fin de mes jours je vivrai avec la culpabilité de me dire que si j'avais porté plainte à l'époque, peut-être qu'elles n'auraient pas été aussi victimes de Damien Abad. C'était mon devoir de porter plainte pour que ça cesse pour que les femmes aussi se méfient en sa présence parce que moi, jamais je n'aurais imaginé qu'il puisse me faire ça. On n'imagine jamais qu'un homme veut vous violer ou qu'il va essayer de le faire ou qu'il va essayer de vous droguer. Et j'espère que les autres femmes vont se dire aussi qu'il faut que ça s'arrête et qu'elles vont toutes porter plainte."

"Son handicap l'arrange quand il le souhaite"

A ce stade de l'enquête, Laetitia est la seule plaignante. Elle n'a pas encore été confrontée à Damien Abad, qui conteste les faits et a fait connaitre sa ligne de défense dans la presse. Le député affirme que la maladie congénitale qui limite la mobilité de ses quatre membres est incompatible avec les faits qu'on lui reproche. "A l'époque des faits me concernant, il ne cessait de répéter 'ma vie a changé le jour où j'ai compris que mon handicap était ma force'. C'est exactement ce qu'il est en train de faire aujourd'hui, estime Laëtitia. Alors même qu'on l'a vu faire sa conférence de presse en faisant sembler de ne pas pouvoir retirer son masque seul, on a beaucoup de vidéos le voyant manipuler des feuilles de papier, porter lui-même ses dossiers, se mouvoir et il a lui-même fait des interviews lors desquelles il a déclaré avoir été champion de ping-pong, vidéos à l'appui." Elle ajoute: "Il a déclaré lui-même pouvoir faire presque tout comme les autres avoir participé à des cross donc visiblement son handicap l'arrange quand il le souhaite. Je ne remets pas en cause qu'il est handicapé mais il a déclaré lui-même pouvoir faire presque tout comme les valides." Damien Abad a déposé plainte pour dénonciation calomnieuse contre Laetitia. Pour elle, "c'est une nouvelle tentative d'intimidation pour la faire taire". 

Marion Dubreuil