RMC

Assemblée nationale: "C’est une loi de régression du pouvoir d’achat" dénonce Aurélie Trouvé

Députée LFI de Seine-Saint-Denis, Aurélie Trouvé déplore ce mercredi sur RMC l’insuffisance des mesures qui figurent dans la loi pour le pouvoir d’achat, adoptée à l’Assemblée nationale.

Des nuits de bataille parlementaire, des rebondissements, des affrontements, et des mesures adoptées. L’Assemblée nationale a voté en première lecture le projet de budget rectifié pour 2022 par 293 voix contre 146, et 17 abstentions, dans la nuit de mardi à mercredi. Mais pour Aurélie Trouvé, députée LFI de Seine-Saint-Denis, ces mesures sont insuffisantes.

"Nous avons tout fait pour avoir une revalorisation des retraites, des minimas sociaux, du Smic, à hauteur de la hausse des prix. Et ça n’a pas été le cas. Nous nous sommes battus jusqu’au bout, notamment pour avoir des retraites qui augmentent à la même vitesse que le prix de l’électricité, du gaz, de l’alimentation… Tout cela a été bloqué", regrette-t-elle ce mercredi dans "Apolline Matin" sur RMC et RMC Story.

Cette nuit, après l’intervention du ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire, la majorité est revenue sur l’amendement qui avait été voté précédemment pour une revalorisation des pensions de retraite avec 500 millions d'euros supplémentaires, qui a donc été annulé. "La moindre des choses serait de faire des compromis, explique Aurélie Trouvé. Or, quand un vote ne leur plait pas, comme cette nuit, ils font revoter. Nous avions réussi à avoir une hausse des retraites à la hauteur de la hausse des prix. Ça n’a pas plu à la minorité présidentielle, à la macronie. Ils ont fait une sorte d’accord derrière les rideaux avec les Républicains et ils ont fait revoter."

"A chaque fois, il y a eu blocage de la minorité présidentielle"

"Ça veut dire que les retraites n’augmenteront pas autant que la hausse des prix, qu’il y aura bien une perte de pouvoir d’achat, comme depuis trois mois en moyenne, ajoute la députée LFI de Seine-Saint-Denis. Ce n’est pas une loi pour le pouvoir d’achat, c’est une loi de régression du pouvoir d’achat. Nous avons tout fait pour pouvoir faire augmenter les salaires réels, le Smic, pour que les gens vivent mieux. Nous avons posé tout un tas d’amendements pour essayer d’arracher des petites victoires pour les Français, mais à chaque fois, il y a eu blocage de la minorité présidentielle."

Et Aurélie Trouvé assure que la volonté de la Nupes n’est pas d’exister seulement via des coups d’éclats. "Ce n’est pas que des coups d’éclats. On est là sur des problèmes importants de partage des richesses. Nous avions proposé une taxe sur les surprofits faits par les grandes compagnies pétrolières, gazières. Le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne appliquent cette taxe exceptionnelle sur les surprofits, à hauteur de 25%. Nous avons demandé que ce soit le cas en France, comme le préconisent d’ailleurs les institutions internationales. Et nous avons perdu à dix voix près. (Le geste de Total) C’est bien inférieur à ce que cette taxe aurait rapporté."

LP