RMC

Benoit Hamon, ce qui lui manque, c’est un Parti socialiste en ordre de marche

-

- - AFP

Le candidat du Parti socialiste était en meeting à Rennes samedi soir. Même chez ses militants, on a du mal à y croire.

Benoit Hamon est en campagne dans l'Ouest de la France. Il a entamé ce déplacement par un rassemblement à Rennes, terre de gauche, samedi soir. Avant Bordeaux dimanche, le candidat socialiste passera par Guérande, Angers ou Angoulême, afin de se frotter "à la réalité parfois difficile de la vie des gens".

Le député des Yvelines est en grande difficulté dans les sondages qui le placent en cinquième position du premier tour, loin du carré de tête et de Jean-Luc Mélenchon, son rival à gauche, qu'il n'a pas manqué d'épingler à plusieurs reprises dans son meeting rennais.

"Les Bretons ont une âme de gauche depuis longtemps"

Mais Benoit Hamon continue de marteler qu'il est "prêt à être président de la République". La salle était pleine – 4000 personnes selon les organisateurs – et Benoit Hamon est ravi de revenir dans sa région natale. Mauricette est prof à la retraite: "je crois que les Bretons ont une âme de gauche depuis longtemps".

Mais à la traîne dans les sondages, le Brestois enchaine les pics à l’égard de ses adversaires, et tout particulièrement envers Emmanuel Macron. "En fait il est tic et tac, c’est un clignotant. Ou chapi et chapo. Je ne sais pas. Chapi et peut-être de gauche, et chapo et certainement de droite", attaque le candidat du PS.

Après Macron, c’est au tour de Jean-Luc Mélenchon et ses menaces de quitter l’union européenne en cas d’échec des renégociations des traités européens. "Jamais je ne ferai porter la responsabilité à la gauche française d’être celle qui organise la dislocation et la fin de l’Europe".

Benoit Hamon tape fort mais peine à convaincre. Didier et chômeur, hamoniste, mais n’y croit plus vraiment. "Benoit Hamon, ce qui lui manque, c’est un parti socialiste en ordre de marche". Malgré la tempête, Benoit Hamon garde le sourire. Il poursuit sa tournée des villes de l’ouest jusqu’à son grand meeting prévu mardi à Toulouse.

Julien Chehida (avec A.M.)