RMC

Conseil de défense énergétique: à quoi ça va servir?

Emmanuel Macron préside ce vendredi un Conseil de défense énergétique qui vise à préparer au mieux le pays à l’hiver sous tension qui nous attend.

La France va-t-elle pouvoir faire face à la crise énergétique qui touche le monde? Emmanuel Macron préside ce vendredi un Conseil de défense sur l'énergie à 10h. Plusieurs ministres dont Bruno Le Maire, Gabriel Attal, Agnès Pannier-Runacher, Christophe Béchu, mais aussi le commandement militaire seront présents pour préparer au mieux l'approvisionnement en énergie pour les prochains mois, et imaginer des scénarios de restrictions ou de coupures en cas de crise. 

Trois axes de travail pour le Conseil de défense 

Le gouvernement identifie trois objectifs majeurs pour faciliter le passage des mois d'hiver. Le premier est d’augmenter la production d'électricité. Et cela passe par la réouverture des réacteurs en maintenance, et donc à l'arrêt. Le second objectif est de continuer à limiter au maximum la hausse des prix. L'exécutif veut tout faire pour lisser cette augmentation des prix, et éviter une envolée du gaz ou de l'électricité, en partie parce que les prestations sociales sont indexées sur l'inflation. Des prix hors de contrôle pourraient créer une énorme tension sur les finances publiques. 

Le troisième objectif est de tenter d'anticiper au mieux les prochains mois et établir des scénarios. En fonction de la dureté de l'hiver, qu'il soit froid ou glacial ou encore de la quantité d'approvisionnement par bateau de gaz liquéfié. Dans chaque cas de figure, le gouvernement veut déterminer les réductions de consommation nécessaires, pour ne pas être pris au dépourvu. 

Vers un nouveau chèque énergie ? 

Le gouvernement réfléchit également à des aides pour les plus modestes. Le versement d'un nouveau chèque énergie est à l'étude. En parallèle, l'augmentation des tarifs du gaz et de l'électricité l'an prochain devrait quant à elle être contenue et raisonnable promet l'exécutif. Entre 10 et 20% selon certaines sources, contre un doublement des factures si rien n'était fait. 

Si Elisabeth Borne a assuré que les ménages ne subiront pas de coupures cet hiver, la Première ministre a prévenu que des entreprises pourraient être touchées. Une liste des secteurs exemptés devrait être fixée en Conseil de défense. On évoque les communications, l'agroalimentaire ou les fours industriels. 

Le gouvernement réfléchit également à des dispositifs pour permettre aux entreprises qui consomment peu de partager leur énergie avec les plus gourmandes. Des tarifs plus élevés pourraient être appliqués aux entreprises ne respectant pas les consignes de sobriété. 

Romain Cluzel et Jérémy Trottin (avec J.A.)