RMC

"Grave incident" avant la présidentielle: Macron appelle "tout le monde au respect et au calme" face à la polémique Mélenchon

Emmanuel Macron giflé: que signifie l'expression "Montjoie Saint-Denis" prononcée par l'agresseur?

Emmanuel Macron giflé: que signifie l'expression "Montjoie Saint-Denis" prononcée par l'agresseur? - RMC

Le chef de l'Etat, en déplacement dans la Drôme, a été interrogé sur la polémique provoquée par les propos du leader de LFI.

La démocratie fragilisée? Emmanuel Macron a appelé mardi "tout le monde au respect et au calme" pour ne pas fragiliser la démocratie après la polémique déclenchée par les propos de Jean-Luc Mélenchon et la vidéo de menace de mort visant LFI.

Interrogé lors de son déplacement dans un lycée hôtelier de Tain-l'Hermitage (Drôme), le président de la République a d'abord répondu qu'il n'avait pas "envie de rentrer dans ce jeu du commentaire incessant". Avant d'ajouter aussitôt que "la vie démocratique a besoin de calme et de respect, de la part de tout le monde, des responsables politiques comme des concitoyens".

"Dans la démocratie des oppositions peuvent s'exprimer librement" mais "la contrepartie de cela, c'est la fin de la violence et la haine", a poursuivi le chef de l'Etat, précisant que "si la haine et la violence reviennent, elles fragilisent une seule chose, c'est la démocratie".
"J'appelle tout le monde au respect et au calme, surtout aujourd'hui, les Françaises et les Français ont besoin d'autre chose, ils sont fatigués de la crise et des mauvaises nouvelles", a conclu Emmanuel Macron.

"Ambiance violente"

Les propos de Jean-Luc Mélenchon prédisant dimanche "un grave incident ou un meurtre" dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, un événement "écrit d'avance", ont suscité l'indignation dans la classe politique. Mais aussi parmi les familles des victimes des attentats de terroristes islamistes, le chef des Insoumis citant notamment la tuerie commise par Mohammed Merah en 2012.

Jean-Luc Mélenchon a contre-attaqué lundi, en dénonçant une "ambiance violente" et en pointant une vidéo d'extrême droite qui simule le meurtre d'un Insoumis.

La rédaction de RMC avec AFP