RMC

"Le gouvernement est incapable de dialoguer" estime Manon Aubry

Invitée de la Matinale week-end de RMC, l'eurodéputée insoumise Manon Aubry a appelé à une mobilisation générale pour la hausse des salaires et se dit fière de la clareté de la position de LFI sur l'affaire Quatennens.

"Une mobilisation générale pour obtenir une hausse des salaires". Tel est le souhait de Manon Aubry pour la marche contre la vie chère qui aura lieu ce dimanche à l'appel des différents partis de la NUPES. Invitée de la Matinale week-end de RMC, elle estime que "la France est une exception européenne où les salaires ne suivent pas l'inflation. Il faut donner une respiration aux gens qui galèrent."

Elle l'assume, la marche contre la vie chère est aussi une marche contre le gouvernement, car "manifestement, les deux vont ensemble" car "le gouvernement refuse d'augmenter les salaires avec ses leviers: le SMIC, le point d'indice, la taxation sur les superprofits pour redistribuer les richesses. Personne n'a à gagner avec le conflit social."

"Si ça passe par faire tomber le gouvernement..."

Son objectif: "obtenir des choses pour changer la vie des gens" et que les Français "aient les moyens d'avoir un peu de répit, de partir en vacances." Par tous les moyens? "La dernière fois qu'on a eu une augmentation générale des salaires, c'est en mai 1968 avec une forte mobilisation."

"Si ça passe par faire tomber le gouvernement, ça passera par là. Ce qui m'importe c'est que le salaire augmente que ce soit M. Macron ou M. Tartempion", estime la députée européenne.

Manon Aubry dénonce "un gouvernement incapable de dialoguer avec les oppositions et même dans leur propre majorité. On doit leur rappeler à l'Assemblée nationale ou dans la rue qu'ils n'ont pas la majorité"

"J'étais en désaccord avec Jean-Luc Mélenchon"

Invitée à réagir sur l'affaire Quatennens, Manon Aubry se dit "fière qu'un mouvement féministe comme le nôtre soit ferme sur ses valeurs. On a pris une décision claire: Adrien Quatennens est en retrait. Il n'est pas là ! On est le seul mouvement à avoir mis en retrait un de nos principaux responsables politiques", qui comprend que ça fasse débat en interne, notamment les velleités d'exclusion du groupe de la part de certains parlementaires.

"J'étais en désaccord avec les premiers tweets de Jean-Luc Mélenchon, les mots qu'il a utilisés n'étaient pas les miens", déclare l'ancienne porte-parole d'Oxfam.

Mais malgré ce désaccord, elle estime que "la position du mouvement (la France insoumise) a été claire: Adrien Quatennens n'a pas vocation à revenir dans les semaines à venir et c'est très bien."

https://twitter.com/mmartinezrmc Maxime Martinez Journaliste RMC