RMC

Marche contre la vie chère: les insoumis redoutent un flop en raison de la pénurie d'essence

Les Insoumis craignent que la marche contre la vie chère de dimanche ne fasse un flop. Les pénuries d'essence consécutives des grèves dans les raffineries pourraient mettre un frein à l'acheminement de militants vers Paris.

Quelle sera l’affluence dimanche, à Paris, pour la marche organisée par Jean-Luc Mélenchon contre la vie chère? Selon nos indiscrétions, ça se complique niveau organisation! Parce que Les Insoumis, qui soutiennent vivement les grèves dans les raffineries, les subissent aussi. Et faire venir des cars jusqu’à Paris ne s’annonce pas aussi simple que prévu.

L’objectif c’était la démonstration de force dans la capitale avec des manifestants venus de toute la France. Une centaine de bus étaient annoncés, affrétés. Mais seront-ils tous à l’arrivée? Ça n'est pas sûr. Plusieurs élus insoumis ont fait part à RMC de "difficultés à trouver des transporteurs". Il faut donc réfléchir à des solutions de rechange.

Les Insoumis ne cachent pas leur inquiétude: "On voulait un effet de masse à Paris, mais ça ne fonctionne pas aussi bien qu’on espérait", regrette une députée. "On n’est pas à l’abri que certains bus soient annulés le jour même, s’il y a un souci de carburant", dit un responsable du parti à RMC.

Alors certains militants s’organisent déjà en train, ou covoiturage, mais "la pénurie d’essence va forcément impacter la mobilisation", anticipe déjà un cadre du parti.

La grève de mardi pour mobiliser?

L'espoir des organisateurs, c'est que la crise sociale mobilise alors qu'une grève est prévue mardi 18 octobre. Jean-Luc Mélenchon le premier: dans une vidéo publiée jeudi soir, il reste très optimiste: "Notre marche prend une autre allure", dit-il, "dans ce contexte, nous lançons une nouvelle phase de mobilisation".

Cette grève, "c’est une caisse de résonance inespérée", juge l’un de ses proches.  “Le 16, finalement la date tombe vraiment bien!".

Sauf que les syndicats ne seront pas là, à part quelques sections locales qui viendront avec leurs drapeaux. Mais les grévistes des raffineries par exemple, n’ont pas été appelés par la CGT à faire le voyage pour aller marcher à Paris. Bref, l’optimisme n’est pas forcément partagé chez les Insoumis. Une élue l'assure clairement à RMC: "Je ne suis pas sûre que cette marche soit un énorme succès".

Sébastien Kreps (avec G.D.)