RMC

Législatives: David Habib, député PS sortant devenu dissident de gauche

Troisième épisode de notre série "RMC en campagne". Chaque jour à 7h10, on vous propose le portrait de candidats aux législatives atypiques ou portant des thématiques particulières. Ce mercredi, direction les Pyrénées-Atlantiques avec une bataille "fratricide" à gauche.

Dans la 3e circonscription des Pyrénées-Atlantiques, David Habib fait figure d'irréductible socialiste. Député sortant, il a maintenu sa candidature en refusant de rejoindre la Nupes, l'alliance de la gauche pour les élections législatives regroupant LFI, le PS, EELV et le PCF. Un acte de résistance qui ouvre le tableau dans cette circonscription historiquement à gauche.

David Habib est ce qu’on appelle en Béarnais un "toque-manette", il ne rate pas une poignée de main, glisse toujours un mot à ceux qu’ils croisent. Candidat en campagne, il est entré en résistance. Un statut qu’il revendique au début de toutes ses réunions publiques.

"Nous sommes socialistes, laïcs, européens, mais pas d'accord avec la stratégie qui est celle du parti socialiste. Quand il nous a été proposé l'investiture de la Nupes, ça a été non, tout de suite", lance-t-il face à ses troupes.

Car l’ancien éléphant du PS, député depuis 20 ans vit mal que la nouvelle union populaire chasse sur ses terres. Face à lui, Jean-François Baby, candidat Nupes, s’affiche sans complexe.

"M. Habib est le candidat de M. Macron puisqu'il n'a pas trouvé bon de présenter un candidat sur cette cirsconscription. Les gens se sont aperçus au fil du temps que M. Habib, comme je le disais déjà en 1996, est à la gauche ce que Mireille Mathieu était au rock n'roll.

"Je serai élu, les idées socialistes ne seront avalées par personne"

Un spectacle, qui nourrit les espoirs à droite. Sans candidat LREM, et avec une gauche qui se déchire, la circonscription est gagnable pour Jacques Pedehontaa, président du comité de soutien de la candidate LR, Fabienne Costedoat: "C'est elle qui porte les voix de LREM de tout le centre droit. C'est très ouvert ou en tout cas c'est plus ouvert que cela ne l'a jamais été", savoure-t-il.

Un doux rêve que caresse aussi le RN. Dans la circonscription, le parti a fait des bons scores à la présidentielle. Nicolas Cresson, leur candidat veut capitaliser en fustigeant la déconnexion du député sortant.

"J'ai du mal à croire qu'après 20 ans à gagner, il me semble plus de 6.000 euros par mois, qu'on ait encore les pieds sur terre. J'ai travaillé en grande distribution, j'ai rempli des rayons, je sais ce que c'est gagner le SMIC et je sais ce que c'est d'avoir le RSA. Au moins je sais de quoi je parle."

Des accusations qui ne déteignent pas sur le costume impeccable de David Habib, sûr de sa force et de ses idées. "Je serai élu. Les idées socialistes ne seront avalées par personne. Elles nous dépassent, ce sont celles de Blum, Jaurès, Mitterrand et elle continueront à vivre au-delà de nos personnes", conclut-il.

Les candidats de la 3e circonscritpion des Pyrénées-Atlantiques:

David Habib (DVG, sortant), Fabienne Costedoat-Diu (LR), Françoise Le Roux (Droite souverainiste), Christelle Charlot (Divers écologistes), Edith Peyré (Divers écologistes), Romane Albanel (Reconquête), Jean-François Baby (LFI/Nupes), Antoine Missier (Divers extrême gauche), Karine Bordenave (Divers régionalistes), Eric Delteil (Divers extrême gauche), Eva Pernet (Divers), Nicolas Cresson (RN)

Alfred Aurence et Romain Houg (édité par J.A.)