RMC

Migrants: Gérard Collomb assure avoir quitté l'Intérieur pour un désaccord avec Emmanuel Macron

L'ancien ministre de l'Intérieur Gérard Collomb assure avoir quitté le gouvernement en raison d'un désaccord avec Emmanuel Macron sur la politique migratoire. L'ancien maire de Lyon explique avoir caché les raisons de son départ pour ne pas favoriser Marine Le Pen à l'élection préisdentielle de 2022.

Pour Gérard Collomb, accueillir l'Ocean Viking et ses 234 réfugiés est une erreur. "Pour moi, cela ne peut qu’encourager les réseaux de passeurs pour qui les migrants sont une source de gains considérables", assure l'ancien ministre de l'Intérieur au journal Le Point, appelant au passage Emmanuel Macron à mener une politique "plus ferme" en la matière.

L'ex-maire de Lyon va même plus loin en assurant que son départ du gouvernement il y a quatre ans était lié à plusieurs désaccords avec Emmanuel Macron sur la politique migratoire. A l'époque, alors que le président de la République se dit pour la création de centres d'accueil "contrôlés", Gérard Collomb est contre, estimant que cela pourrait favoriser la conduite d'attentats sur le sol national. Un désaccord qui entraînera son départ de la place Beauvau.

Et à l'époque, si l'ancien ministre de l'Intérieur ne donne pas d'explications sur son départ, c'est qu'il estime que ces raisons auraient pu faire élire Marine Le Pen à l'élection présidentielle 2022. "Si je m’étais exprimé avant la présidentielle, mon intervention aurait pu inverser le résultat de cette élection, et Marine Le Pen être élue", assure Gérard Collomb.

"Il faut se détendre un peu"

"On voit son niveau de responsabilité et de sens de l'intérêt général, comme pour de nombreux élus", ironise ce lundi sur le plateau des "Grandes Gueules" Barbara Lefebvre. "On apprend des choses sidérantes, on voit quel est le projet d'Emmanuel Macron sur les migrants: c'est de l'enfumage et du n'importe quoi", ajoute l'ex-enseignante.

Pour l'avocat Charles Consigny, Gérard Collomb devrait faire plus attention "à l'usage qui est fait" des propos qu'il tient. "Je suis par contre plus consterné par la polémique sur l'Ocean Viking. On parle de 234 personnes, je ne pense pas qu'il y avait lieu de s'exciter comme on l'a fait, ni de déployer sur place 15 compagnies de CRS. Il faut se détendre un peu", appelle-t-il sur RMC et RMC Story.

L'extrême droite profite de la sortie de Gérard Collomb

Les propos de Gérard Collomb n'ont a contrario détendu personne. Ils ont sûrement irrité dans les rangs de la majorité, tandis qu'ils ont excité à l'extrême droite. "Il va être de plus en plus difficile au pouvoir et aux médias de faire croire que dénoncer l’invasion migratoire est 'd’extrême droite'", a estimé Eric Zemmour sur Twitter.

"Gérard Collomb s’est tu en trompant les Français afin d’éviter mon élection. Sachez qu’ils sont nombreux à vous trahir", a déploré de son côté Marine Le Pen, toujours sur Twitter.

G.D.