RMC
INFO RMC

Négociations PS-LFI: "Olivier, arrête tout ça", le message de Cambadélis à Faure

L'ancien patron du PS Jean-Christophe Cambadélis regrette que son parti tente de négocier avec Jean-Luc Mélenchon en vue des législatives, et estime qu'un accord créera une "véritable sécession".

Le PS va-t-il finir noyé dans l'alliance de la gauche mise en place en vue des élections législatives? L'ancien Premier secrétaire du Parti socialiste entre 2014-2017, Jean-Christophe Cambadélis n'y est pas favorable, mais pour lui, à contre-coeur, "les jeux sont faits".

"Les négociations durent pour donner l'impression qu'elles sont dures. Mais Olivier Faure, c'est la chèvre de M. Seguin, il va céder. Le choix de l'intégration à Jean-Luc Mélenchon est déjà acté par son équipe. (...) C'est une stratégie, il pense que le PS est fini. Il estime que la place du PS au centre de la gauche est terminée".

"Il y a 3.5 millions de Français de gauche qui n'ont pas voté Mélenchon. Il faut les respecter"

Le PS a négocié lundi toute la journée avec la France Insoumise, mais en cas d'accord il estime que "non", ça ne signera pas la mort du PS mais une "véritable sécession en son sein". "LFI a profité du vote utile au premier tour, mais il y a 3.5 millions de Français de gauche qui n'ont pas voté Mélenchon. Il faut les respecter."

Il dit ne pas se retrouver dans la "radicalité" du programme de la "Nouvelle union populaire écologiste et sociale". "Il est impraticable dans notre pays. (...) On ne lutte pas contre la précarité avec un budget amputé de 47 milliards avec les retraites, mais aussi l'Europe, l'Ukraine..."

"Il y a d'autres possibilités que de s'intégrer dans la mélenchonie"

Une revanche de Jean-Luc Mélenchon, ancien du PS? "Peut-être que cette dimension existe, il n'est pas mécontent de voir l'ensemble de la gauche se rallier à son panache. Mais ce populisme de gauche déploie des revendications démagogiques."

Les relations entre lui et Olivier Faure sont "un peu refroidies", concède-t-il, mais il lui adresse un message ce mardi sur RMC: "Je lui dirais: 'Olivier, arrête tout ça. C'est pas possible, il y a d'autres possibilités que de s'intégrer dans la mélenchonie'", conclut-il avant d'assurer qu'il votera "socialiste" aux législatives malgré tout.

J.A.