RMC

Législatives: malgré des divisions internes, le PS continue de négocier avec LFI

Le PS a négocié hier toute la journée avec la France Insoumise. Les communistes sont aussi venus négocier, à partir 22h. Des discussions "qui avancent" selon les négociateurs, mais pas encore de fumée blanche.

Nouvelle journée de négociations à gauche pour tenter d'accoucher d'un accord pour les législatives, après l'accord historique entre écologistes et insoumis. Le PS et LFI se sont à nouveau donné rendez-vous ce mardi matin pour reprendre les discussions entamées lundi. Un accord entre le Parti socialiste et la France insoumise serait un accord historique, mais pour l'instant ça bloque toujours. Notamment parce que le PS est divisé.

Le patron du PS en personne s'est pourtant rendu au siège de La France insoumise lundi. C'est l'image qu'a voulu envoyer Olivier Faure en se rendant pour la première fois au QG de Jean-Luc Mélenchon. Une manière de montrer qu'il mouille la chemise dans les négociations, alors même qu'il fait face à une fronde interne d'une rare intensité.

"Ça serait du jamais-vu depuis la création du PS"

Il y a d'abord des militants locaux qui haussent le ton notamment sur l'attribution des circonscriptions. Ils dénoncent des décisions prises d'en haut et coupées du terrain.

En l'état actuel des discussions, le PS en aurait entre 60 à 70, c'est moins que ce qu'a réussi à décrocher Europe Ecologie les Verts avec les Insoumis, investis dans 100 circonscriptions.

Il y a aussi ce document consulté par RMC, une pétition qui réclame que les 20.000 adhérents soient consultés avant tout accord avec la France insoumise.

Et puis enfin, 1.000 cadres socialistes réclament eux aussi une consultation: "La direction va passer en force, c'est hallucinant", rage un baron. "Ça serait du jamais-vu depuis la création du PS", s'insurge un autre. Un PS divisé ce qui ralentit les discussions déplore une négociatrice insoumise mais qui ne perd pas espoir qu'un accord soit enfin trouvé ce mardi.

Cyprien Pézeril (avec G.D.)