RMC

"Nous avons des amis en Afrique": les coulisses de la visite de Marine Le Pen au Sénégal

Marine Le Pen, la cheffe de file des députés Rassemblement national, réalise une visite internationale remarquée en plein débat sur la réforme des retraites.

En pleine semaine sociale, Marine Le Pen a atterri loin de la France lundi soir avec une visite au Sénégal. Là où on ne l’attend pas, comme le souligne, plutôt amusé, l’un de ses très proches. Marine Le Pen ne veut pas être "prévisible", dit-il, et veut encore moins "s’enfermer" sur les bancs de l’Assemblée nationale. Sa parole doit "dépasser" celle d’un groupe politique, selon lui.

Alors, pendant que tous les regards seront tournés vers la mobilisation contre la réforme des retraites de jeudi, celle qui veut incarner la première opposante va prendre le large, à Dakar. De quoi prendre de la hauteur, et poursuivre sa stratégie qui vise à se forger une stature présidentielle.

Quel est le programme?

Le moins qu’on puisse dire, c’est que son entourage reste très discret sur son programme, et sur les officiels qu’elle pourrait rencontrer. "Vous saurez tout une fois qu’elle sera sur place", nous dit-on, en promettant des rencontres de “haut niveau”, mais sans jamais citer de noms.

"Nous avons des amis en Afrique", se contente de répondre Louis Aliot, qui suit depuis longtemps le dossier au RN. C’est lui qui a préparé le voyage. A Dakar, elle devrait voir des politiques, des chefs d’entreprise pour parler développement économique, agriculture, autosuffisance alimentaire, et sécurité en Afrique.

Un cadre du RN jubile: "Là-bas, elle est respectée", dit-il, comme finaliste -deux fois- de la présidentielle. C’est de la "réal-politique". “Ils se rendent bien compte qu’on est une force incontournable".

Quel message veut-elle porter?

Ni "Françafrique", ni repentance de la colonisation… Marine Le Pen veut continuer à dessiner sa politique africaine, qu’elle avait déjà esquissée au Tchad, pendant la campagne présidentielle de 2017.

Tisser des liens “d’égal à égal, sans paternalisme, et sans donner de leçon”, décrypte son entourage: sortir du rapport entre ancien pays colonisateur et ancien pays colonisé.

Le RN insiste sur l’aspect économique, et ne pas rater le décollage de l’Afrique. Mais que dira-t-elle des enjeux d’immigration? Il y a pourtant de gros sujets sur les visas, sur l’acceptation aussi par le Sénégal des reconduites de "sans papiers" depuis la France. Gérald Darmanin était d’ailleurs sur place en décembre.

Pour l’instant, Marine Le Pen a signé une tribune plus diplomatique dans L'Opinion. Elle milite pour qu’un pays africain devienne membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, et propose que ce soit le Sénégal.

Sébastien Krebs (édité par J.A.)