RMC

"On est crevé !": des députés s'inquiètent de leurs courtes vacances d'été

A peine élus, et après seulement deux semaines et demie de session parlementaire, des députés ont besoin de vacances. Après près d'un an de campagne, certains s'inquiètent de congés retardés par la loi pouvoir d'achat. D'autres ont déjà tout prévu, quitte à laisser une chaise vide quelques semaines.

La session parlementaire à peine commencée, et les députés veulent déjà des vacances. "On est crevé !": voilà ce qui résume l’état d’esprit de nos parlementaires qui, pour beaucoup, ont un an de campagne électorale dans les pattes. S'il y a cinq ans, les vacances des parlementaires étaient plutôt studieuses, ce sera moins le cas cette année, avec du repos au programme.

"On n’a pas arrêté de bouger. Il faut que l’on se pose. Pour bien travailler, on doit être reposé" explique à RMC un nouvel élu Nupes.

"On ne va pas presque pas avoir de vacances" s’inquiète la collaboratrice de l’un d’eux, qui note que "les universités d’été vont vite arriver".

Des vacances conditionnées à la loi pouvoir d'achat

En fait, pour l’instant, il n’y a pas encore de date pour le début des vacances pour le députés. Tout va dépendre de l’avancée des discussions des deux textes sur le pouvoir d’achat. Les députés vont les amender. Un élu RN craint d’ailleurs que la gauche cherche à faire durer le plaisir.

"Ils vont proposer des centaines d’amendements pour modifier trois virgules. Leur obstruction va faire trainer les choses."

Il faudra en suite s’accorder avec le Sénat. Officiellement, l’ordre du jour s’arrête au 27 juillet. Mais "ça peut durer jusqu’au 12 août" désespère un écolo, même si la date du 5 août semble plus probable. Pour en savoir plus, un fin connaisseur de la vie du Parlement nous a expliqué que le gouvernement n’a pas la main sur la durée des débats, sauf à utiliser le fameux article 49.3. La loi est alors considérée comme adoptée, sauf si dépôt d’une motion de censure.

>>> Le Journal du Off est à retrouver en podcasts sur le site et l'appli RMC

Des vacances anticipées pour certains

Tous les députés ne seront pas complètement assidus. Un élu Les Républicains prévient: "Mes vacances sont déjà réservées. Quoi qu’il arrive, je pars avec les enfants. Si ça se poursuit trop tard, ce sera sans moi". Même idée du côté d'un élu communiste: "J’ai réservé mes trois semaines en toile de tente. Ça sera apero et plage, et le téléphone ne passe pas". Une petite main assume que son "député va sécher et partir plus tôt, quitte à revenir à Paris pour les derniers votes". D’ici là pour tenir, certains s’échappent déjà, comme ce nouvel élu de gauche qui, plutôt que de passer le week-end dans sa circo, va partir trois jours en Italie. 

Cyprien Pézeril et le service politique de RMC (avec MM)