RMC

Présidentielle: pourquoi la famille Zidane a viré Eric Zemmour du Z5

Dans le cadre de son déplacement de campagne à Marseille, Eric Zemmour avait prévu de jouer au foot sur un complexe sportif appartenant à Zinedine Zidane. Mais les responsables du lieu, pas prévenus du caractère politique de la réservation, ont mis fin prématurément au match.

Quelques minutes et puis s'en va. Déjà à la peine dans les sondages, Eric Zemmour est aussi à la peine sur le terrain. En déplacement à Marseille, le candidat d'extrême-droite a été expulsé manu militari du Z5, un complexe de terrain de football en intérieur géré par un des frères de Zinedine Zidane.

Pas gêné par ses problèmes de genou, qui l'avaient exempté de service militaire, le candidat de Reconquête avait rechaussé les crampons afin de jouer avec quelques militants sur ce complexe appartenant à Zinedine Zidane et situé à Aix-en-Provence, près de Marseille. Mais les équipes du candidat, suivies par de nombreuses caméras, n'avaient pas précisé que la réservation s'inscrivait dans le cadre du déplacement de campagne d'Eric Zemmour dans la cité phocéenne.

De quoi provoquer l'ire des dirigeants du complexe, Noureddine Zidane, le frère du champion du monde, en tête. Le gérant est intervenu pour interrompre la partie, demandant aux intéressés de quitter les lieux, en promettant le remboursement des deux terrains réservés pour 1h30 et 160 euros chacun.

"Eric Zemmour, ce n'est pas tout à fait n'importe qui. On loue un lieu à quelqu'un qui a dit des choses graves, qui sont des délits. Il y a un engagement personnel, c'est comme prêter sa salle à un néo-nazi, on peut se le voir reprocher, je comprends la réaction", a estimé ce lundi sur le plateau des "Grandes Gueules", l'éducateur Etienne Liebig.

"Zinedine Zidane a toujours refusé d'être récupéré politiquement"

Pour Fred Hermel, ancien consultant de RMC en Espagne, c'est une décision logique: "Hidalgo, Pécresse, Macron, n'importe qui, auraient été virés de ce stade pour une raison très simple, c'est que Zinedine Zidane a toujours refusé d'être récupéré politiquement".

"A plusieurs reprises, à partir de 1998, il a été approché par des gens de droite et de gauche pour être associé d'une manière ou d'une autre à la politique. Il a toujours refusé pour une raison simple: il est une marque et ne veut pas qu'on associe son nom. Je comprends la réaction de sa famille. Son frère, qui s'appelle aussi Zidane, protège son nom", ajoute-t-il.

Le champion du monde 1998 s'est prononcé deux fois sur la vie politique française. "Il faut que les Français se rendent compte du danger que représente de voter pour quelqu'un dont le discours ne correspond pas aux valeurs de la France", avait assuré le joueur en 2002, après l'arrivée de Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle. Même son de cloche en 2017 avant le second tour opposant Marine Le Pen à Emmanuel Macron. "Tout le monde connaît mes idées", avait assuré l'entraîneur du Real Madrid à l'époque.

G.D.