RMC

"Macron assassin" en plein meeting: Zemmour fait la sourde oreille, la classe politique scandalisée

En plein meeting d'Eric Zemmour au Trocadéro ce dimanche, la foule a scandé "Macron assassin", sans réaction du candidat. La classe politique est scandalisée.

C'est lorsqu'Eric Zemmour égrène des victimes que l'Etat n'aurait pas su protéger comme une jeune femme tuée au Bataclan ou encore un chauffeur de bus agressé mortellement à Bayonne que la foule réunie au Trocadéro ce dimanche à Paris scande "Macron assassin". Eric Zemmour s'interrompt alors longuement mais sans intervenir.

À chaud, ses alliés viennent soutenir leur champion: "Personne n'est responsable de ce que peut scander une foule. Ni Eric, ni aucun cadre du mouvement. Je n'ai pas à condamner, je ne suis pas un procureur", assure Stéphane Ravier, le sénateur transfuge du RN et désormais soutien d'Eric Zemmour.

De son côté, Philippe de Villiers se mélange les pinceaux: "Si on avait renvoyé chez eux les clandestins criminels, le père Hamel serait dans son église et Samuel Paty dans sa classe à faire l'école", assure-t-il.

"Indigne d'une fonction politique"

Poussé à réagir, l'entourage d'Eric Zemmour fait savoir qu'il n'a pas entendu ces "Macron assassin", et finit par condamner les propos. Mais la classe politique est déjà montée au créneau. Le patron des députés de la majorité à l'Assemblée nationale Christophe Castaner est indigné:

"Quelqu'un qui n'a pas la capacité de demander à la foule de cesser de scander 'Macron assassin', est indigne d'une fonction politique".

Ces slogans ont également été dénoncés par les candidates Valérie Pécresse (LR), Marine Le Pen (RN) et Anne Hidalgo (PS).

Un dérapage qui complique un peu plus les chances de qualification au second tour alors que le candidat de Reconquête, condamné plusieurs fois pour incitation à la haine, est en baisse dans les sondages et flirte avec les 10%.

Hélène Terzian (avec G.D.)